Est-ce que je souffre de TDAH
Adultes atteints de TDA et de TDAH | TDA et TDAH | ADHD | Histoires de vie

Laura découvre après des années de montagnes russes qu'elle est atteinte du TDAH

La vie de Laura avec le TDAH

Est-ce que je souffre de TDAHJ'ai 15 ans et je suis en classe. J'ai l'impression de devoir cracher et quitter la classe pour aller aux toilettes. Une fois sur place, le sentiment s'en va, de nouveau en classe. Quand je suis de retour sur le banc de l'école, le même sentiment m'attaque à nouveau, que se passe-t-il ? Est-ce que je tombe malade ? Bon sang, retournez aux toilettes. Que vont-ils penser de moi ? ! C'est le début d'une période de quelques semaines où le même sentiment va et vient. Oh, mon Dieu, j'ai l'air fou. S'agira-t-il alors de tension ?

J'ai eu un grave accident de moto avec mon petit ami de dix ans. Je vis toujours chez mes parents, mais peu de temps après, j'emménage avec lui. Quinze ans ? Les semaines, les mois, les années passent. Je ne me souviens pas de grand-chose, juste des faits marquants. Et ce sont généralement des événements violents, pas tellement amusants. Vendredi soir, aller en ville, dîner avec un ami. Au restaurant, j'ai l'impression de devoir cracher. Non, pas encore. Je panique et je rentre immédiatement chez moi, en pensant qu'elle va me prendre pour un fou. C'est le début de 4 années de peur de la rue, d'hyperventilation et de phobie des crachats. Comme par hasard (même si je ne crois pas aux coïncidences), j'ai découvert par le biais d'articles que j'étais en hyperventilation, ce qui m'a donné la phobie des crachats.

Mais... ? Qu'allez-vous faire à ce sujet ? Je vais chercher des relaxants chez le médecin. Conséquence : dépendance. 8 à 10 oxazépam en un jour, mais je ne me calme toujours pas. Finalement, je m'arrête du jour au lendemain, car l'effet désiré n'est plus là. Une thérapie par-ci, une thérapie par-là, rien ne sert. Je finis par m'en remettre tout seul ?

Relations vont et viennent. Ils m'ennuient vite. Je veux être stimulé, je n'aime pas l'ennui. J'enroule les gens autour de mon doigt avec ma spontanéité et mon enthousiasme. Les hommes tombent amoureux de moi comme des buissons, mais les relations à long terme ne sont pas pour moi. Je me comporte horriblement bien après des semaines, des mois, mais je ne sais pas pourquoi je le fais. Qui que ce soit qui fasse quelque chose, je ne pense jamais que c'est bien, j'ai toujours des commentaires. Des sautes d'humeur et des crises de colère. Je sais que je ne suis pas cette personne. Je sais que ce que je fais n'est pas bien. Alors pourquoi je le fais ? Pourquoi je me sens si différent. Pourquoi ai-je l'impression d'être deux personnes ? Que quelqu'un prenne régulièrement le relais et me fasse faire des choses que je ne soutiens pas du tout ? Les relations ne marchent pas, je veux des enfants, j'en ai toujours voulu.

Par l'intermédiaire d'une amie, je tombe enceinte, très inconsciemment. J'ai 28 ans. Rencontrez un autre homme. Je ne sais pas encore que je suis enceinte et que je suis en couple. Dès que je sais que je suis enceinte, je le lui dis et il choisit de le faire avec moi. Je voulais être une mère BOM, mais j'ai trop peur pour le faire seule et je m'accroche à cet homme. Il élève mon aîné comme son propre enfant et nous avons une autre fille. Après 9 ans ? Attends, je le quitte. Littéralement malade de malheur. Immédiatement, je me plonge dans la relation suivante, en captivant mes enfants. J'ai un autre enfant. Mes enfants n'ont pas la vie facile avec moi non plus. D'un côté une mère si aimante, de l'autre leur peur, je me sens très mal. Je ne suis pas assez bien, mes enfants méritent tellement mieux. Cette relation prend également fin. Il ne peut plus faire face à mon comportement. Je ne comprends pas. Ce n'est pas moi, n'est-ce pas ? Il ne peut pas communiquer ! Je le peux !

Je suis sous les ordres de Psyq. Au fil des ans, j'ai beaucoup lu et j'ai longtemps pensé que j'étais à la limite, mais comme j'ai aussi lu une fois qu'il n'y avait pas de médicaments pour cela, je n'ai pas commencé à travailler avec. J'en ai assez, je ne veux pas être cette personne. Lors d'une consultation téléphonique, une dame me demande : avez-vous déjà été sur ADHD Vous le pensez ? Je commence à rire. Non, cela n'a jamais été dans mon esprit. Le TDAH rebondit, n'est-ce pas ? Après plusieurs examens, auxquels participent également mes parents et deux petites amies, on me diagnostique un TDAH, puis la forme la plus ennuyeuse. Ils pensent qu'il y a autre chose, mais ils veulent le découvrir au cours des conversations de coaching. Je me sens soulagé, je ne suis pas fou, j'ai juste un TDAH. Ok, la belle affaire, mettons-nous au travail.

Je commencerai par une réunion d'information. Les informations utiles et les contacts avec les autres patients atteints de TDAH sont un soulagement. Puis vient le coup. C'est quelque chose qui ne disparaîtra pas. Qu'est-ce qui aurait pu empêcher tant de misère si j'avais su plus tôt ???... Mais je ne peux pas l'inverser, alors je choisis de ne pas rester dans la fosse. Féroce comme j'ai toujours été contre la camelote chimique, je vais quand même commencer par le lexapro et les concerta. Wow, quel repos ? ... Plus de chansons dans ma tête, plus de 100 choses dans ma tête, plus de distractions et pour la première fois je peux me concentrer sur mon travail. Les dépressions sont moins intenses, les sautes d'humeur ont disparu. Plus d'attaques de colère.

Deux mois après les recherches, il apparaît que mon aîné est également atteint de TDAH et de TOC. Cela va être difficile, mais ce n'est pas parce que je le comprends si bien, parce que je l'ai moi-même, que je pense qu'il est à la bonne place avec moi. Parce que j'ai de l'amour et de la patience en abondance pour mes enfants ???. Pour le reste, la patience n'est pas dans mon dictionnaire. Il souffre principalement de troubles de la concentration et est régulièrement en conflit avec les enseignants. Il ne peut pas assumer la responsabilité de son propre comportement, c'est toujours à quelqu'un d'autre de le faire. Mais oh ! un enfant si charmant et intelligent avec un sens de l'humour !

Ma fille aînée n'a rien, mais semble (après enquête) être dans une relation perturbée avec moi, en raison de mon comportement et de la séparation entre son père et moi. Nous allons également travailler sur ce point. Je ne me sens pas coupable. C'est arrivé, je ne peux pas changer ce qui a été, je peux changer l'avenir pour elle. Le plus jeune de 5 ans ? ?????? peut être dans son propre monde comme ça ? ???? mais vous savez, c'est bon et c'est bon.

Nous sommes une famille spéciale, on ne s'ennuie jamais avec nous. Nous pouvons rebondir ensemble et nous nous aimons les uns les autres. Je ne suis pas fou, j'ai juste un TDAH.

Laura

Faites défiler vers le bas pour laisser votre réaction à l'histoire de la vie de Laura.

Postes similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 Commentaires

  1. Bonjour laura et lecteurs.
    Je reconnais votre histoire comme si je vous connaissais depuis des années et que je pouvais m'en accommoder tout de suite.
    Parce que vous mettez de côté l'expérience de votre vie et j'en reconnais une grande partie. J'ai 53 ans maintenant et j'ai la forme la plus dure. adhd Ce que vous pouvez avoir.J'avale 8 ritalin par jour et je voudrais aussi partager mon histoire mais je suis actuellement dans une période de peste jacqueline où tout s'accumule et autant j'aimerais ne pas arriver à faire les choses quotidiennes que je voudrais faire.et l'horloge est mon plus gros obstacle qui va beaucoup trop vite je suis toujours le dernier dans le magasin quand il ferme et j'arrive partout trop tard ou pas du tout parce que j'oublie et ainsi de suite. J'espère en envoyer d'autres, mais pour l'instant, je vais à la pharmacie pour mon ritalin.salutations de ma part.

  2. Oui, Leonie et Laura,

    Il en va de même pour moi...
    Quel a été le coup dur pour vous, leonie ? Je n'ai pas de médicament pour cela et je suis toujours en train de faire des tests, pas spécifiquement basés sur l'add/add.
    Au moins, je garde cela à l'esprit, mais je n'y ai jamais pensé.
    Gr merle

  3. Salut Laura,
    Merci pour votre histoire.
    J'y tiens beaucoup. Bien que je n'aie pas (encore) d'enfants, je comprends ce que vous avez vécu.
    J'ai maintenant 33 ans et j'ai été diagnostiqué pendant trois quarts d'année.
    Les changements, les contradictions, la communication, être insupportable alors que vous trouvez tout cela normal... très reconnaissable.
    Merci, merci, merci, merci.
    Je me sens toujours à nouveau humain après avoir lu de telles histoires... et "normal".
    Salutations Léonie