Surstimulé par l'ADD
Adultes atteints de TDA et de TDAH | AJOUTER | TDA et TDAH | Articles du blog des invités | Histoires de vie

Penser, penser, toujours penser...

"Moi" et mon fatiguant cerveau TDA

AJOUTER et surstimuler par trop d'informations
AJOUTER et surexciter

À un certain moment, ça ne marche plus, c'est comme si j'avais la tête pleine. De nouvelles informations, des mots, des phrases, ils semblent rebondir sur mon cortex cérébral, parfois je semble le ressentir physiquement. Mon cerveau ne traite plus rien, il semble y avoir une sorte de vide. Un hurlement qui domine le silence. Non, ce n'est pas une paix intérieure, c'est un effondrement intérieur. Fuir semble être la seule solution pour moi.

Reconnaissable ? La sur-stimulation de mon cerveau n'est pas celle sur laquelle j'ai le moins de contrôle. Parfois, je peux penser comme un avion de chasse, qu'est-ce que je dis, je peux penser à la vitesse intergalactique où "l'Enterprise" tombe en panne. À d'autres moments, un bovin, qui en est à sa cinquième session de ruminant de la journée, peut traiter des informations encore plus rapidement que moi. cerveau. Cette chose dans ma boîte crânienne, mon cerveau, ne semble jamais atteindre un état stable.

Je ne sais pas comment cela fonctionne pour les autres, mais je suis un penseur. Un analyste sans thèse, un philosophe sans problème clair, un scientifique sans domaine d'étude. Je pense à tout, parfois en même temps, d'autres fois sans cesse. Rien n'est isolé et tout est connecté. Particulièrement fascinant, complexe, stimulant et souvent fatalement épuisant, si je peux me permettre de le dire. Fatiguant parce que parfois il semble ne pas s'arrêter et parce qu'il est aussi très égocentrique. Mon "moi" est un sujet beaucoup trop fréquent dans mes séances de réflexion. Le doute et l'incertitude sont profondément ancrés en moi, ce qui entraîne des humeurs tristes et déprimées. C'est peut-être en moi, mais il est plus probable que ce soit aussi parce que cela a complètement mal tourné, juste un peu trop souvent. L'échec s'installe dans les os au bout d'un certain temps et il est difficile de l'en sortir.

Mais toute cette folle réflexion m'apporte aussi beaucoup de bien. Elle nourrit ma créativité, ma capacité à trouver des solutions et des réponses. Je ne me fixe aucune limite. Je fantasme et je rêve de vies et de mondes que j'aimerais voir ou créer. Je vois aussi toujours de l'humour partout. En quelques secondes, je peux passer des idées sérieuses à un faible bavardage. Vous pouvez toujours avoir une conversation avec moi, je parle de tout, j'ai pensé à tout. Je commence seulement à apprécier ces précieuses qualités.

Oui, je suis trop grosse, j'ai gâché mon éducation, j'ai abandonné l'idée d'obtenir un permis de conduire, j'ai des addictions qui semblent incurables et j'erre de pièce en pièce parce que je ne peux pas me permettre d'avoir un appartement. Et non, je n'ai pas accepté tout cela, loin de là. C'est dur et ça craint, parce que j'emmène ce satané sac à dos partout. Mais j'ai trouvé ma voie, une profession que j'aime, dans laquelle je suis doué, où je peux entrer dans mon hyperfocus en un claquement de doigts. Je suis patient, précis, voire perfectionniste. Cela me rend heureux, cela me donne de l'espoir et un avenir. Le route sociale n'a pas été établi pour tout le monde. Cependant, il y a toujours un moyen, je continue à le croire, toujours, pour toujours et à jamais !



Postes similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

23 Commentaires

  1. Très reconnaissable. Moi aussi, je réfléchis toujours. Parfois, je suis assis avec mes pensées, pour ainsi dire, au Brésil et la seconde d'après, je m'assois à la table du président pour parler de la pénurie de logements. Cela n'a aucun sens. Je prends aussi des décisions de vie très impulsives, mais heureusement, je finis toujours par me remettre sur pied. Je crois que j'ai un petit ange sur l'épaule. Ce petit ange pourrait être quelque chose comme Mère Nature. Ce qui m'aide beaucoup, c'est de manger des aliments sains (jus de légumes fait maison), même si j'ai beaucoup de mal à suivre parce que je suis très chaotique dans ma tête. C'est seulement 5 minutes de travail, mais avec beaucoup de pensées dans la tête, cela ressemble à 2 heures. Je vous souhaite beaucoup de force, vous n'êtes pas seul.

  2. Je regarde mon entraîneur comme s'il parlait chinois, du moins une langue que je ne parle pas. Beaucoup de pensées et je ne peux pas en choisir une pour donner une bonne réponse. Balen, juste un nouveau travail après avoir été à la maison pendant 11 ans pour les enfants (je ne pouvais pas gérer un travail à plein temps et le front domestique (entretien et éducation et aussi être social) et après 2 ans j'ai choisi pour les enfants). Encore une fois, grâce au médicament, le méthylphénidate et moi pouvons nous concentrer beaucoup mieux. Mon perfectionnisme est en train de se manifester. J'ai toujours envie de faire tant de choses et pas seulement avec des plans dans la tête, mais en les réalisant et en les terminant !

  3. Wow, tout se met en place maintenant !
    On vient de diagnostiquer un TDA. Quel soulagement !

    J'ai toujours eu le timbre silencieux, bizarre, perfectionniste et bavard. Je n'ai jamais eu le calme. Le train de mes pensées ne s'arrête pas une seconde. Pourquoi ce silence ? !!!!! Si seulement c'était comme ça.
    Toujours en dialogue avec moi-même. Dormir est souvent difficile, car je ne peux pas m'empêcher de penser.

    Le système scolaire n'était rien pour moi. Heureusement, j'ai fréquenté une école Montessori à l'école primaire. Travailler à mon propre rythme était idéal pour moi. J'ai fait mon travail de manière indépendante quand j'étais prêt. J'avais un an d'avance pour la langue, mais un an de retard pour l'arithmétique.
    Au lycée et à l'université, j'ai eu du mal à suivre les cours. Je ne comprenais pas pourquoi un professeur me disait exactement ce qu'il y a dans un livre que je peux lire moi-même. Travailler en groupe n'était pas mon truc non plus. C'est pourquoi je ne me présentais pas souvent, mais j'avais de bonnes notes. Souvent, j'étais en retard, trop tard ou pas à temps pour la remise des pièces, ou au contraire, j'étais extrêmement motivé et perfectionniste et je ne savais pas comment m'arrêter (hyperfocus).

    Les choses se sont bien passées au travail. Les gens me voient comme un fonceur et un perfectionniste. Je suis constamment en train d'évoluer vers le compulsif. Beaucoup de liberté, mais structurée et jamais la même. Il n'y a donc pas d'ennui dans tout cela. Il est encore difficile de respecter les rendez-vous (souvent oubliés) et d'être à l'heure. Le traitement des nombreux stimuli ou rebondissements inattendus est également un peu plus lent et plus difficile. En ce moment, je suis coincé et je suis dans la loi sur la maladie. Heureusement, je reçois toute l'aide dont j'ai besoin de la part des psychologues.

    1. Très reconnaissable, quelle est votre profession ?
      Il est agaçant que vous vous retrouviez maintenant dans la loi sur la maladie (à cause du travail ?).

  4. Yippiejahee ! Ce que je n'ai jamais pu faire avant, vous êtes tellement hors de votre portée !
    Mon cerveau actif fonctionne souvent si vite que lorsqu'on me demande "à quoi pensez-vous", je choisis la voie de la moindre résistance et dis "oh, rien de spécial".
    Vous entamez une conversation avec moi sur les leçons de conduite et en un rien de temps, la conversation est inversée et nous parlons de vacances, il y a dix ans, où nous nous sommes retrouvés dans un fossé à vélo. C'est drôle, oui, ça, mais pas toujours.
    J'ai un travail formidable où mon cerveau créatif peut être mis à profit.
    Ce n'est pas toujours facile dans ma relation. Ce n'est pas non plus l'idéal lorsqu'il s'agit d'élever les enfants. Un système de récompense ne fonctionne pas, par exemple, parce que maman oublie d'acheter les autocollants, oublie de respecter les accords passés et, avec un peu de malchance, elle jette la carte de récompense dans une douche de nettoyage (ce qui, soit dit en passant, est si rare que je suis déjà heureuse quand j'ai une telle abeille de travail).
    De toute façon... En ce moment, je suis dans une phase où je suis coincé dans tous les domaines (sauf mon travail, car c'est mon hyperfocus).
    Qu'est-ce que je veux ? Je ne peux même pas vous le dire. Mon cerveau le fait, d'ailleurs, mais il est si rapide que je n'ai même pas la possibilité de dire ce que je pense.

  5. Vraiment très reconnaissable. La dernière fois pour mon coach (qui me donne des conseils, car je ne sais que depuis 5 mois que je suis AJOUTER (ont) écrit 5 minutes de réflexion pour montrer ce que c'est dans ma tête. Il a été surpris lorsqu'il a lu les 8 côtés "du talon sur la branche". Mais pour moi, c'est la seule façon de le rendre clair et visible. Je travaille comme infirmière à l'hôpital dans un service très fréquenté. C'est fatalement épuisant et parfois très difficile. Mais je reçois beaucoup de soutien de mes collègues et je ne manquerais ce travail pour rien au monde. Curieusement, j'ai l'impression que, quelle que soit l'énergie qu'il faut, la nature mouvementée de mon travail s'adapte au chaos qui règne dans ma tête. Un emploi structuré ne me conviendrait pas. Je trouverais cela ennuyeux et lassant. Parfois, vous pouvez voir le chaos en vous comme votre force. J'essaie certainement de faire cela et ce n'est pas facile. Mais dans ce cas, je ne vais pas laisser mon TDA me diriger, je vais diriger mon TDA moi-même. C'est toujours une quête, mais je sais que je peux le faire.

    1. Si reconnaissable ! Je travaille comme infirmière en psychiatrie... Dès le lycée, on m'a dit que je ne pouvais pas supporter la formation... regardez-moi maintenant ! Et je ne pouvais pas gérer le chaos, l'irrégularité etc... eh bien cette irrégularité est ma structure ! Il va super... Récemment, j'ai subi une opération chirurgicale, maintenant ça va mal... Je ne dors pas bien, parfois la nuit... ce qui entraîne des recherches, de l'agitation. Chaos, nettoyage de la rage ou autre chose... mais en 10 endroits à la fois... Tout doit être prêt pour que j'aie l'esprit tranquille... et toutes les pensées que j'ai normalement peuvent maintenant aller dans toutes les directions ! Si ennuyeux...

  6. Comme c'est reconnaissable... Moi aussi je pense 24 heures sur 24, dans certaines activités j'ai même les pensées fixes. Par exemple, lorsque je prends un pinceau pour commencer à peindre, mes pensées s'égarent automatiquement vers mon oncle et sa famille. Je souffre de TDAH et ce H m'amène à exprimer toutes mes pensées également. Toute ma vie, j'ai pensé que tout le monde pense 24 heures sur 24, jusqu'à ce que mon mari me dise que souvent il ne pense pas du tout. J'étais stupéfait et aussi un peu jaloux, car j'aimerais avoir cette tranquillité d'esprit de temps en temps. Heureusement, avec mes médicaments, c'est un peu plus calme dans ma tête, juste agréable et occupé ;-)

  7. Reconnaissable ! Mon cerveau ne s'arrête jamais. Je vois tout, j'entends (presque) tout et je suis toujours en alerte. Très irritant lorsque vous travaillez avec plusieurs personnes dans une pièce qui travaillent avec d'autres personnes... (physiothérapeute). C'est pourquoi je pense qu'en 2012, je me suis mis sens dessus dessous et qu'en 2013, j'ai fait un burnout et qu'à la moitié de l'année, on m'a diagnostiqué un TDA. Maintenant, les choses doivent changer, occupées à la réintégration. Mais oui, j'aime être physio, aider les gens et être créatif... Mais ça va aller.

  8. Si reconnaissable, toujours occupé dans ma tête. Parfois très douillet, mais souvent aussi très fatigant.
    Maintenant que je cherche avec ma propre fille ce qui ne va pas, je découvre de plus en plus de choses que j'ai ajoutées.
    C'est bien que vous puissiez lire beaucoup sur ce site ! Merci pour cela !

  9. Haha, très reconnaissable. Je compare souvent mon cerveau à un ordinateur qui n'a pas de scanner antivirus :)
    Il finit par se figer et il faut alors trouver le bouton de réinitialisation. Plus facile que souvent, de prendre un chemin différent. Ça ne marche jamais et votre charge de travail diminue de plus en plus, car vous êtes toujours sur votre réserve pour jouer. J'ai finalement obtenu un diplôme à 28 ans, après 4 (au total) cours différents. Mais maintenant, physiquement parlant, je ne suis pas non plus très facile à mettre en place (un peu licencieuse), donc j'ai un diplôme dans une profession dans laquelle je peux utiliser mes fonctions de mille-pattes, mais pas de travail, parce que (outre le fait qu'il est difficile de trouver un travail du tout) la plupart des employeurs préfèrent un employé qui est physiquement plus apte à supporter la charge du corps dans lequel je viens me présenter ;) Alors, bien sûr, ce sera aussi un cercle vicieux. Mais cela permet d'économiser beaucoup de choses que je sache ce qui en fait une réalité. Cela permet d'avoir de meilleures relations.

  10. Magnifiquement décrit :)

    Je le reconnais comme un ADDER bien sûr ! Je me suis moi-même entraîné à surveiller mon niveau de stimulation afin de pouvoir le sentir lorsque je m'approche de ma limite (ce que je ne parviens toujours pas à faire).
    Comment ai-je fait cela ?

    Je pense que cela est principalement dû à ma grande sensibilité. Je suis plus sensible aux humeurs et aux stimuli que la plupart des AD(H)D'ers que je connais, mais grâce à ma grande sensibilité, je peux d'une certaine manière mieux les saisir.
    Je travaille beaucoup avec l'énergie des chakras et la visualisation. Grâce à cela, je me protège un peu mieux contre les stimuli et presque complètement contre l'ingestion de l'énergie et des émotions des autres. En prêtant attention à mon corps et à mon traitement des stimuli, j'ai lentement commencé à ressentir ce que c'est pour moi d'avoir cela. J'ai commencé à me demander combien de stimuli je recevais maintenant, comment je me sentais. Hier, c'était tout aussi occupé, mais ensuite j'étais plus (ou moins) fatigué, est-ce différent maintenant ?
    Cela demande beaucoup de pratique, surtout si vous devez fonctionner dans un environnement stimulant... mais à long terme, vous en tirerez vraiment profit !

    Si vous voulez en savoir plus sur les visualisations que j'utilise, nous pouvons entrer en contact l'un avec l'autre, alors je vais approfondir :)

    1. Bonjour, Alana,

      Je me reconnais très bien dans l'article où vous parlez de l'énergie/émotion qui prend le dessus sur les autres. Je ne savais toujours pas comment le faire ou comment l'arrêter.

      Mais je ne me sens toujours pas très sensible à être.

      J'aimerais en savoir plus :)

  11. Bien décrit, seulement il est si difficile d'écrire un article complet sur la façon dont un adepte vit son propre cerveau. C'est bien cela, en gros. J'ai moi-même toujours considéré la vente comme une activité agréable, un défi parce qu'il n'y a pas de limites en dehors de la politesse et que sans formation, on peut bien faire, avec du dévouement, on s'améliore. Dans la vie sociale, j'aime rester petit, les grands groupes me rendent insécure et avec beaucoup d'amis, je perds la vue d'ensemble, cela me demande trop. De plus, mon empathie n'a jamais eu de limites, je peux comprendre tout le monde ou sympathiser avec tout le monde, mais en cela, je me suis vite dépassé, fixer des limites était et est encore une école d'apprentissage. De plus, les couleurs ont un effet fort, le sombre me rend morose et les couleurs claires me rendent heureux et me donnent un sentiment de liberté... juste quelques infos pour ceux qui se découvrent comme add'er.

    1. Quand je mets de la musique classique, c'est bon, pas toute la musique. Et une liste de choses à faire et de choses à encourager tout le temps m'aide aussi. Et je veux lire Weston Price. Et sur youtube, on peut lire Le mythe de l'autisme. Je travaille avec Ortholon Prodopaop conseil médicaments naturels et seulement le matin un café. gr ellen

    2. C'est vrai. Nous avons une robe sombre maintenant et cela me donne un sentiment de tristesse. Au début, nous avions une robe bleu clair, puis nous nous sommes sentis très optimistes. Comme il me semble merveilleux de ne pas avoir cela. Le monde est déjà assez dur comme ça.

  12. Quelle reconnaissance ! Bien écrit !
    J'ai la chance d'avoir une bonne relation, un bon travail et des enfants adorables. Mais quelle précision quand le timbre bien connu est arrivé, tout s'est mis en place...

  13. Magnifiquement écrit et très reconnaissable ! ! !
    Cependant, trouver la bonne profession et l'exercer ne m'a pas encore réussi.
    Des conseils ou des astuces ? Des recruteurs concernant les Add'tjes non qualifiés ?

    1. J'ai bien peur qu'il n'y ait pas de réponse à cela. Je commençais à peine à comprendre pourquoi les cours que j'ai choisis étaient voués à l'échec (j'écrirai autre chose à ce sujet bientôt), j'ai simplement choisi des professions qui n'avaient rien à voir avec mes talents et mes points forts.

      J'avais 27 ans, j'avais arrêté mes études après 8 ans d'études (ma 3ème) et cela aurait été bien. Que dois-je faire maintenant, c'était la question ? Je n'avais pas de papiers, pas d'expérience professionnelle. Je suis intelligent, mais sans diplôme, on ne fait pas grand-chose.

      J'en suis venu à la conclusion que travailler dans un magasin pourrait me convenir. Je suis donc allé chercher du travail dans un magasin. Par une coïncidence stupide, je me suis retrouvé dans la photographie et tout semble se mettre en place. Je travaille maintenant comme photographe autodidacte et je travaille dans un magasin. La combinaison du contact avec les gens, de la créativité, du fait d'être occupé par mes propres affaires et de pouvoir les développer en toute liberté est (jusqu'à présent) la bonne recette pour moi.

      Peut-être avez-vous parfois l'impression qu'il vous faut faire un pas (ou deux) en arrière avant de pouvoir avancer à nouveau. Acceptez le fait que rejoindre la course aux rats, et toutes ces exigences et valeurs de la société ne dépendent pas entièrement de vous. Acceptez d'abord ce que vous pouvez faire et construisez sur cette base (mon garçon, je suis en train de l'écrire).

      Cela ne vous fera pas beaucoup de bien, mais c'est à peu près comme ça que ça s'est passé pour moi.

      1. Je ne sais pas si ça marche pour vous. Je m'améliore, pas à pas. Pas de sucre, mais la vraie Stevia. Pas de gluten. Biorésonance et toucher qwantum. Et un atelier pour hsp à l'art de vivre. Et je suis le site La nutrition, c'est la santé. J'ai des médicaments naturels et je travaille dans une ferme de soins avec des chevaux. Ils sont aussi hsp mais dans la photographie maintenant agréable.
        Et de l'huile de soleum de la fée des enveloppes et d'une feuille de sol à un puits de terre. Ce pétrole pour vous déconnecter de l'énergie qui vous entoure. Le TDAH n'existe pas, c'est tout hsp. Salutations ellen

    2. Très connu, j'ai moi-même commencé à travailler derrière le bar après la formation 2 qui a échoué.
      Je suis maintenant barman dans l'un des meilleurs bars des Pays-Bas et je dois dire que je n'aurais pas pu faire mieux. C'est génial, beaucoup de contacts avec les gens, et comme vous travaillez avec des gens qui ont tous le même problème, c'est aussi très instructif.
      J'espère que cela vous aidera !