Accepter un TDA... comment faire ?

Apprendre à gérer les TDA

Différent ou normal ?

J'étais différent quand j'étais enfant. Aujourd'hui encore, je déteste ce mot dans ce contexte. Différent... qu'est-ce qui est différent ? Et est-ce que différent signifie quelque chose de positif ou de négatif ? Et qu'est-ce qui est "normal" ? Quand atteignez-vous cette norme normale ?

J'ai grandi avec une sœur. Et j'étais clairement "différent" d'elle. J'ai fait des allers-retours dans mes émotions, j'ai été rapidement distraite, mais j'étais imparable une fois que j'avais trouvé quelque chose qui me plaisait, j'avais toujours tout perdu et ma chambre était toujours un grand désordre... Mes parents ont vite vu cela. Mais ils me laissent toujours être moi-même ; ils chercheraient de l'aide si je restais bloqué dans ma vie parce que je suis différent. Je vous en suis très reconnaissant. J'ai trouvé difficile qu'ils se moquent beaucoup de moi. Pas même en riant, mais plutôt à cause des folles choses qui ne pouvaient qu'arriver à nouveau à moi.

 

L'école et les études

J'étais dans une petite école primaire. Je me suis sentie très en sécurité ici. Il était structuré et clair. J'ai aussi eu de bons résultats à l'école. Mais j'étais un peu négligé, désordonné et je voulais que tout soit terminé rapidement. Je lis beaucoup et je peux rêver dans les livres.

Au lycée, j'ai pu m'en sortir assez bien. J'ai commencé au HAVO, mais après deux ans, je suis allé au VMBO. J'ai obtenu mon diplôme et je suis allé étudier. A 16 ans, je ne pouvais pas du tout gérer cela. En partie à cause de moi, mais aussi à cause de l'éducation à cette époque. Il était très mal aménagé et il n'y avait pas de structure. Je ne pouvais pas du tout faire face à cela. J'ai commencé à sécher l'école, à ne pas faire mes devoirs et à ne pas me sentir bien du tout. Après un an, j'ai quitté le cours et je suis allé dans une autre école.

 

Diagnostic du TDA et médicaments

Mes parents ont décidé que c'était le moment d'obtenir de l'aide pour moi. Je suis allé voir un psychiatre par l'intermédiaire de mon médecin de famille et les résultats sont vite arrivés : et si j'avais un TDA. Sur presque tous les caractéristiques de l'ADD J'ai obtenu un score positif. J'ai suivi une thérapie et j'ai pris des médicaments.

Après la thérapie et quelques manipulations avec les bons médicaments, j'ai su comment traiter les plaintes de mon TDA. J'ai décidé que rire de moi était terminé ; rire dans ma tête signifiait que j'avais fait quelque chose de mal. J'ai fait le choix de faire en sorte qu'il n'y ait plus du tout de place pour se moquer de moi ; tout devait bien se passer. Et cela s'est plutôt bien passé grâce aux astuces que j'avais apprises en thérapie. Mais ce que je n'ai pas appris, comment puis-je accepter mon TDA ? Pourquoi ai-je honte de cela ? Comment partager les gens dans mon combat contre les TDA ?

 

Marcher sur la pointe des pieds

J'ai commencé à marcher sur la pointe des pieds et j'ai caché tous les traits (autant que possible) de mon TDA. Je n'étais pas différent, j'étais "normal". Il fallait que tout se passe bien, je ne donnerais plus de raison de me moquer. J'ai continué pendant longtemps. J'ai obtenu mon diplôme MBO lors de mon deuxième cours (qui était d'ailleurs 100 fois mieux organisé que le précédent), j'ai trouvé un bon travail et j'ai fait plaisir à tout le monde autour de moi, mais j'ai quand même gardé mes distances avec mes amis quand cela devenait trop proche. Avec mon petit ami, nous avons décidé de passer à l'étape suivante et de commencer à vivre ensemble. Nous avons acheté une maison ensemble et l'avons reconstruite ensemble. Et puis mon corps était complètement fait de trucs perfectionnistes.

J'ai eu beaucoup de douleurs abdominales. Pendant la journée, mais la nuit, il a été impossible de l'arrêter à plusieurs reprises. Un tel mal de ventre, que j'ai supplié deux fois au poste du médecin au milieu de la nuit pour arrêter la douleur. La douleur m'a détruit et parfois je l'ai vraiment criée. Ces deux fois, j'ai reçu de la morphine au poste de médecin et les autres fois, j'ai supprimé la douleur avec l'analgésique diclofénac. Après tous les tests effectués par différents médecins, j'ai toujours obtenu le résultat que j'étais en bonne santé. C'est peut-être le stress que le médecin a suggéré. D'après mon sang, cela ressemblait à cela (j'avais trop de globules blancs dans mon corps ; cela pourrait indiquer un stress). Je savais depuis longtemps que c'était bien sûr la raison. Mais je ne voulais pas l'admettre.

 

Apprendre à accepter

Après la deuxième fois où j'ai eu une seringue de morphine contre la douleur abdominale et de nombreuses conversations avec mon petit ami, j'ai décidé que cela ne pouvait pas continuer comme ça. J'avais 22 ans et je suis resté au lit pendant des jours entiers à cause des maux d'estomac dus au stress ! J'ai cherché de l'aide auprès de mon médecin de famille et suis entré en contact avec un psychologue. Après quelques conversations, nous avons découvert que je n'allais pas bien du tout. Je voulais améliorer ma qualité de vie et le seul qui pouvait le faire, c'était moi. J'ai dû apprendre à m'accepter, avec l'ADD.

Et ça se passe très bien maintenant. Cela va par étapes. Maintenant, je peux rire quand je cuisine et que la cuisine est complètement explosée et que mon ami me demande en riant si une bombe a explosé. Je ne me fâche plus quand je ne peux pas faire le ménage pendant un certain temps, mais je me dis que j'ai déjà fait et que la détente est également importante. Je ne m'enferme plus le samedi soir parce que je pense que je devrais être apte au travail le lundi. Je ne me sens plus rejeté quand je m'en vais et que quelqu'un d'autre peut en rire. J'essaie de m'ouvrir à mes amis, de les laisser entrer chez moi, au sens propre et au sens figuré. J'écris un blog sur mon TDA et je le transmets à ma famille et à mes amis, au lieu de toujours prétendre que mon TDA n'existe pas. Et peut-être que si je suis très courageux, je le partagerai même sur Facebook. Peu à peu, je suis de plus en plus fier des mesures que j'ai prises et du fait que j'ai un TDA. En d'autres termes, je pense que je devrais être là.

Et, bien sûr, il arrive que les choses tournent mal. Par exemple, je trouve cela très excitant que tout le monde puisse lire cela maintenant comme ça et ensuite le savoir par moi et se faire une opinion à ce sujet. Et puis je peux à nouveau être pris de panique et avoir mal au ventre. Et si je n'arrive pas à me dire qu'une fois, j'ai toutes sortes de personnes gentilles autour de moi qui me rappellent que j'ai le droit d'être là. Sans les avoir suppliés. ;)

Je suis très curieux de savoir comment vous avez vécu cela. Etiez-vous d'accord avec votre diagnostic tout de suite, ou avez-vous eu le même diagnostic que moi et l'avez-vous combattu ?

Amour, Roosmarijn.

Vous voulez commenter l'histoire de Roosmarijn ? Laissez votre commentaire dans les commentaires ci-dessous...

Apprendre à accepter l'ADD



Vous voulez vivre plus facilement avec votre TDA, TDAH ou HSP ?
Inscrivez-vous maintenant et recevez gratuitement des conseils et de l'inspiration chaque lundi !
+ maintenant directement 2 jolis cadeaux !



 

22 réflexions sur “Accepteren van ADD… hoe doe je dát?”

  1. blank

    Hé, c'est la première fois que je partage mon histoire sur Internet, je le fais parce que je ne suis pas vraiment compris par ceux qui m'entourent...

    Je soupçonne fortement que je suis atteint de PIH et de TDA, mais j'ai besoin d'une sorte de confirmation de la part de mes compagnons d'infortune. Je suis un jeune homme adulte de 26 ans et voici mon histoire ;

    J'ai eu peu de problèmes dans ma jeunesse jusqu'à ce que je termine le lycée à l'âge de 15 ans, malheureusement pas avec un diplôme havo mais avec un diplôme vmbo t, car j'avais beaucoup de mal à lire et à comprendre (surtout l'écoute, la concentration en classe, je ne peux jamais mémoriser les paroles des chansons).

    En vieillissant, j'ai commencé à remarquer que je commençais à être différent de mes amis, par exemple en étant très sensible, rêveur et fatigué.

    Je suis constamment en mouvement chez une autre personne et je fais constamment le tri autour de moi. Je suis tellement fatigué mentalement et physiquement de dormir plus longtemps que la moyenne des gens, on me qualifie de paresseux comme plusieurs personnes alors que j'ai plutôt l'impression d'être piégé dans mon propre corps.

    Tout cela semble très déprimant mais ce n'est pas du tout le cas, je donne à ma vie un 10/10, en utilisant de façon optimale les qualités que je pense avoir à travers les TDA et les PSF. Je suis super joyeuse, loyale (je ne change presque pas d'environnement confidentiel), j'ai beaucoup d'emphase et je suis très sociable.

    Je suis croupier au casino Holland et je ne suis pas aimé de tous ! Ce sont des moments d'apprentissage pour moi parce que je pense qu'un HSPer veut souvent être aimé et surtout ce que les autres pensent de lui. Le travail demande beaucoup de concentration, mais je l'aime tellement et j'ai tellement de passion pour lui que mon hyperfocus est activé.

    Et surtout, j'ai un partenaire qui complète mes faiblesses en offrant une bonne structure, puis j'ai sur les tâches, l'agenda et le rythme de sommeil.
    Parfois, c'est fatiguant pour elle et elle a l'impression de vouloir me changer et m'améliorer et elle voit cela comme une excuse.

    Je pense que c'est surtout la frustration que je ressens, je veux être étiqueté. Pour que mon entourage me comprenne mieux.

    J'espère que les gens se reconnaissent dans cette démarche.

  2. blank

    Bonjour, c'est génial, il y a eu beaucoup de réactions et de reconnaissance.
    Ben 60 et m'a fait passer par le psychiatre au professeur Verhoeven via un test ADN
    était de 55 ans à l'époque.
    Quelque part, c'est héréditaire... chromosomes couple 16.
    Beaucoup de choses se mettent en place, mais j'ai encore du mal...

  3. blank

    Bonjour Roosmarijn,

    J'ai lu votre message et je voulais vous dire que je pense que c'est une bonne chose que vous ayez décidé de choisir pour votre propre bonheur afin de pouvoir être qui vous êtes.

    D'après ce que j'ai lu, vous me semblez être une personne très agréable et je pense seulement que vous avez le droit d'être là de tout votre être. Même si la cuisine explose de temps en temps.

    Je suis heureux que vous le partagiez et j'espère qu'il deviendra de plus en plus facile d'accepter ce que vous êtes et d'en profiter de plus en plus.

    J'ai moi-même un TDA et cela ne me surprend pas, j'ai toujours détesté ça avant, mais maintenant je remarque que ma vie est à peu près en ordre et qu'il n'y a rien de mal à être chaotique de temps en temps, il est important de suivre son propre chemin et on ne peut le faire que si on est soi-même.

    Salutations, Tim

  4. blank

    Salut Roosmarijn,

    Merci pour ce message et pour tous les autres messages. C'est gentil de votre part de partager votre histoire. Moi aussi, je me suis battu longtemps avec le timbre adhd.
    Je ne voulais pas l'accepter parce que beaucoup de choses se sont arrangées. Aussi en marchant beaucoup sur la pointe des pieds. Une fois, on m'a conseillé d'aller au cadre. Alors que mon frère vwo avait des conseils. J'étais si triste. Finalement, après un dur labeur et une belle partition de cito, je suis allé au havre. J'ai dû faire mes preuves et ce sentiment revient régulièrement maintenant. Assez souvent, j'ai dû faire face à une remarque impulsive où les autres se demandaient qui est ce cinglé. D'un autre côté, je pense que chacun a une pensée particulière, seul un grand nombre de personnes la gardent pour eux. J'ai plus de difficultés avec cela, mais grâce à mon étude SPH, j'ai appris davantage moi-même. Pourtant, il me semble que cela demande beaucoup plus d'efforts que pour quelqu'un d'autre. En outre, je suis maintenant conseiller. Ce qui rend parfois les choses encore plus difficiles. Je l'ai déjà raconté une fois en stage, mais on me disait régulièrement : il adhd'tje. Comme si c'était quelque chose de mignon. Je n'ai pas senti beaucoup de compréhension de la part des collègues. Donc maintenant, je ne me sens pas vraiment l'espace pour le dire dans mon nouveau travail. Cela me semble très contradictoire, car je veux juste donner à mes clients plus de confiance en eux et leur expliquer qu'une étiquette n'est pas mauvaise, je peux difficilement me le dire.
    Heureusement, je suis très ouvert à la famille et aux amis à ce sujet et ils m'acceptent et voient souvent le plaisir de mon impulsivité. Alors je peux être moi-même.

  5. blank

    Bonjour Roosmarijn,

    Je n'ai jamais été officiellement diagnostiqué avec un TDA, mais je reconnais tout ce que vous dites. J'ai fait deux études en même temps (sociologie et philosophie) mais je ne les ai pas terminées. Ensuite, j'ai fait la Gerrit Rietveldacademie (créatrice d'art) et je les ai achevés. J'ai réalisé de nombreux courts métrages qui ont été primés. Maintenant, j'écris comme un fou. Mon fils est meilleur que moi et ma fille est une brillante dessinatrice. 21 et 20 ans. J'ai divorcé de leur mère en 2012. Ma petite amie est autiste et c'est l'amour de ma vie.

    En bref : faire quelque chose de bien pour soi-même.

    Salutations, Wim Jongedijk.

  6. blank

    Si reconnaissable et si beau de vous-même. Tellement bien que vous l'écrivez parce que c'est ainsi que vous vous aidez vous-même mais aussi les autres. Pour moi, c'est encore une fois une révélation. J'essaie de tout cacher au travail, mais cela demande beaucoup d'énergie. Pfffff. Ravi de constater le chemin parcouru.

  7. blank

    C'est tellement reconnaissable, qu'il est difficile de faire un diagnostic. On m'a diagnostiqué un TDA, puis on m'a diagnostiqué un TSA. Que je sois atteint d'un TDA et d'un SDA ou d'un diagnostic de SDA avec des caractéristiques de TDA. Ce n'est pas si important. J'étais content du diagnostic et d'un autre côté, j'avais du mal à vivre avec. Quand le dites-vous et dans quelle situation ne le dites-vous pas ? J'ai beaucoup lu sur le sujet afin de pouvoir reconnaître comment il s'exprime en moi. Je me considère comme un HSP qui est extrêmement sensible sur de nombreux points et il se peut qu'il ait un nom dans le DSM-5 qui est utilisé. Ce n'est ni plus ni moins...

  8. blank

    Aussi très reconnaissable pour moi ! J'ai 48 ans maintenant, seulement depuis que j'ai 41 ans je sais que j'ai un TDA, j'ai aussi été diagnostiqué par un psychiatre...tout est soudainement tombé sur sa place ; faisant du désordre chaotique, (douillet), ne pouvant pas bien planifier, problèmes de concentration, impulsivité, difficulté avec certains sons pourris ! et surtout difficulté à donner une structure à mes 2 enfants (qui clairement souffrent aussi de cela...ce n'est tout simplement pas possible !)

    Moi aussi, je me sens différent,
    Mais c'est beau aussi, n'est-ce pas ?

    Heureusement, les gens peuvent rire de vous, de vos stupidités imprévues, mais vraiment drôles, stupides et stupides... c'est purement VOUS ! Rien n'a été joué, vous ne voulez pas attirer l'attention dessus... c'est juste "réel".

    Je suis assez positif, même si certaines choses me dérangent, par exemple le fait que je n'arrive pas à avoir une maison bien rangée. Ma famille et mon entourage pensent que j'aimerais le faire moi-même... non, je ne le pense pas. Je préfère (pour moi) aussi une belle maison bien rangée !
    Et bien sûr, je voudrais aussi donner à mes enfants une bonne éducation structurée.

    J'essaie de voir le côté positif de la chose :
    Heureusement, les TDA ne peuvent pas être standard, ce n'est jamais ennuyeux avec un TDA (je pense), et ils vivent entièrement de leurs sentiments, donc ils vivent vraiment des moments intensément heureux...
    Andnuh...en tant qu'éducateur TDA élevant des enfants qui sont les mêmes...vous ne pouvez pas offrir une bonne structure, mais vous pouvez faire de votre mieux...et vous amuser, faire des choses inattendues, et surtout donner de l'amour et de l'attention...en tant qu'éducateur TDA vous pourriez faire beaucoup mieux.

    Sois juste gentil avec toi-même... c'est bien qu'il y ait des gens comme toi et moi

  9. blank

    Salut Roosmarijn,
    Comme vous avez bien écrit ! Je suis moi-même atteint de troubles de l'apprentissage non verbal (NLD). Mais cela ressemble à bien des égards à l'ADD. Depuis le lycée, j'ai eu beaucoup de mal avec tout ce qu'on vous demande. J'ai fait toutes sortes de détours mais j'ai finalement obtenu mon diplôme MBO. J'ai commencé à Havo mais je n'ai pas réussi. C'était beaucoup trop ! Pendant des années, j'ai eu l'impression d'avoir échoué. Les professeurs pensaient que j'étais "l'élève idéal" car j'étais toujours calme en classe, mais je me noyais dans le stress des nombreux devoirs et projets et de tout ce dont vous avez besoin pour avoir une vue d'ensemble. Les gens me traitent de paresseux depuis si longtemps. Si j'essayais un peu plus fort, je pourrais facilement y arriver. C'est pour cette raison que j'ai développé une peur de l'échec et que le fait de ne pas passer le Havo et de passer au MBO au lieu de HBO a été la fin du monde. Parce que je n'avais pas répondu aux attentes. Heureusement, cela n'a jamais été considéré comme inférieur dès le départ et l'essentiel était que je fasse ce qui était réalisable, mais quand même... Au début, ça n'allait pas bien ! D'autre part, je n'ai jamais eu le sentiment de ne pas pouvoir l'accepter. J'ai vu surtout comme un soulagement le fait de savoir que cela ne dépendait pas de moi. Que je ne suis pas paresseux et que je fais de mon mieux ! Je peux aussi en rire quand je fais quelque chose qui est "typique de moi" selon les autres. Je trouve cela très difficile, surtout au travail. Je remarque que je la rencontre encore souvent, mais elle s'améliore de plus en plus !
    Et oh, cette cuisine ! Un grand gâchis ! A chaque fois !
    Beaucoup d'amour, Sarre

    1. blank

      Salut, Saar,
      Merci pour votre réaction. Je connais bien votre histoire sur votre peur de l'échec. Le travail est toujours difficile pour moi aussi. Comment vous en sortez-vous ? Salutations Roosmarijn

      1. blank

        Salut Roosmarijn,
        Au fil des ans, j'ai appris à informer un peu les gens sur la façon dont cela fonctionne dans ma tête. Au début, j'ai trouvé cela très difficile parce que vous vous montrez faible. Mais après être rentrée du travail en pleurant à plusieurs reprises parce que j'étais surchargée et, du moins pour mon propre sentiment, surestimée, j'ai pensé qu'il serait préférable pour mon propre sentiment de les informer. Cela a beaucoup aidé. J'avais beaucoup moins peur de mal faire ou de demander quelque chose pour la dixième fois parce que maintenant ils savaient que ma tête fonctionne comme un tamis et que je pouvais le voir comme une nouvelle information le lendemain. J'essaie aussi de placer la barre un peu moins haut pour moi-même. Cela prend du temps, mais j'accepte de plus en plus que je "travaille différemment".
        Sarre (24 ans)

  10. blank
    Tamara Bollebakker

    Salut Roosmarijn,

    Reconnaissable ! Pas pour moi, je suis très structuré... mais ma fille de 13 ans ne l'est pas du tout. Nous en avons bien sûr aussi ri lorsqu'elle est montée chercher une paire de chaussettes et est redescendue 10 minutes plus tard avec une prise... Salle 1 grand désordre toujours, peut être complètement absorbé dans des créations sur papier (dessin) et artisanales. Il est incroyablement difficile de planifier. Nous n'avons pas mis d'autocollant sur elle en ce qui concerne l'ADD. Mais je soupçonne qu'elle y est habituée. Tout comme son père. Nous aimerions lui donner quelques poignées mais rien ne colle. Je me suis inscrit pour les conseils maintenant. Parce que je pense que les TDA se présentent sous des formes et des degrés différents. Et jusqu'à présent, tout est gérable...

    1. blank

      Salut Tamara,
      J'ai dû rire de l'histoire de la chaussette ; tellement reconnaissable !
      Quant à l'autocollant, je l'ai toujours trouvé si agréable que mes parents ne voulaient pas le coller tout de suite, mais que le simple fait d'être Rose leur suffisait amplement. J'ai eu beaucoup de conversations avec quelqu'un par le biais de l'école, comme un travailleur social. Peut-être y a-t-il quelqu'un avec votre fille qui peut aussi lui donner des poignées ? Si c'est ce dont elle a besoin en fin de compte, bien sûr. Salutations Roosmarijn

      1. blank

        Salut Roosmarijn,
        Merci de partager votre histoire. J'imagine que c'est passionnant de s'exposer au monde entier comme ça. Peut-être s'agit-il d'un pas de plus dans votre processus de visibilité et d'acceptation ?
        Ce qu'écrit Tamara et Roosmarijn... Je suis moi-même favorable à l'examen des besoins spécifiques de chaque enfant / adolescent / personne. Ne pas problématiser les comportements. Si quelqu'un peut s'en occuper et que la personne fonctionne, alors tout va bien. Tout le monde peut obtenir un timbre quand on fait des recherches de A à Z. Cela ne signifie pas que la personne (et / ou l'environnement) éprouve de la douleur ou de la souffrance.
        Que toi, Roosmarijn, tu écrives que tu as aimé que tes parents te voient comme Joú, qui tu es vraiment, sans avoir besoin d'une étiquette, je peux bien l'imaginer. C'est peut-être ce qui m'a manqué. Cette acceptation d'être autorisé à être comme je suis. Tamara, vous pouvez peut-être parler à votre fille, et comprendre comment elle vit tout cela. Si elle et vous avez besoin de soutien, demandez de l'aide. Ce qui m'est passé par la tête si rapidement, c'est le centre ADHD des Pays-Bas avec Catharijne Wildervanck (auteur de "Le TDAH : comment le sortir de votre tête“). Mais les possibilités sont nombreuses.

        On m'a diagnostiqué un trouble déficitaire de l'attention à l'âge de 29 ans. Un diagnostic à l'âge adulte conduit souvent soit à un grand effondrement, soit à un trou dans le ciel. Pour moi, c'était la dernière. Toute ma vie, j'ai pensé que j'avais "tort", et je ne pouvais pas le changer. Puis, soudain, j'ai réalisé que c'est quelque chose dans mon cerveau... Une vulnérabilité contre laquelle je me suis battu tout ce temps. Encore une fois, il faut l'accepter. Mais c'était une explication du combat que j'ai toujours eu, avec le monde extérieur mais surtout avec moi-même. Je pouvais soudain me regarder avec douceur. Et me permettre d'être moi-même. Aujourd'hui, six ans plus tard, mon environnement est toujours aux prises avec ce problème. Ils ne comprennent pas où se situent mes vulnérabilités. Je ne leur explique pas.
        Je n'ai pas été bien depuis l'âge de 13 ans. Après de nombreuses années d'assistance, le marteau avec le timbre ADD est tombé 16 ans plus tard. Je suis convaincu qu'un diagnostic EERDERE aurait pu m'épargner beaucoup de souffrances. Tout comme Roosmarijn, j'ai dû apprendre à gérer la situation. Me refuser à moi-même et essayer de garder la tête hors de l'eau et de répondre aux souhaits et aux normes de la société. J'ai été déprimé à plusieurs reprises, surmené et traité pour plusieurs diagnostics. Les problèmes d'infériorité et de confiance en soi, le perfectionnisme et les exigences élevées, le sentiment de ne jamais être satisfait et de toujours échouer... sont des choses qui sont ancrées dans ma personnalité en grandissant. Le chemin vers la reprise est long mais pas impossible. Ces dernières années, j'ai été de mieux en mieux et je suppose que je finirai par m'en remettre. Avec une acceptation totale de moi-même et de mes vulnérabilités. L'autre face de la pièce est belle. L'AD(H)D et les labels connexes décrivent des personnes ayant de nombreux dons et particularités, des lieux où nous excellons et sommes forts. Votre malheur est votre force. Nous avons des super-pouvoirs. Mais tout comme "les X-Men", nous sommes souvent incompris. Je ne comprends pas. Trouvez votre force et votre rayon. Le monde est plus beau avec nous !
        Câlin, Lisanne

  11. blank
    Paula van der Fluit

    Salut Rosemary,

    Tellement reconnaissable. Et c'est bien que vous le partagiez. J'ai 55 ans maintenant et je continue à faire mon "bec".

    Je dois encore apprendre à accepter que j'ai un TDAH. Je suis différent des autres personnes et je dois apprendre que j'ai le droit d'être là et que je n'ai pas à m'excuser auprès de tout le monde pour mon terrible déchaînement. Et j'apprends encore que je dois fixer mes limites.

    Je suis déjà en train de courir contre mes limites, alors freinez,

    C'est donc comme ça que je le gère, toujours délicat.

    Aimer Paula

    1. blank

      Si reconnaissable ! J'ai presque 53 ans et mon aîné et moi-même avons un TDA. Nous en souffrons tous les deux énormément. J'ai eu un énorme épuisement et maintenant je dépasse à nouveau mes limites 🥴. C'est si difficile ! Heureusement, ma fille a cherché de l'aide, après des années de recherche. Quand j'étais jeune, ça ne me dérangeait pas autant, je pensais que la vie était une grande fête. Mais en grandissant et en ayant des enfants, il est devenu de plus en plus difficile de tout mettre en ordre. Plus je vieillis, plus c'est difficile 😢. Je me demande comment vous faites !

      1. blank

        Salut, Marion,

        Ce que vous dites, plus c'est vieux, plus c'est dur, je le reconnais. Cela fait longtemps que je me heurte à des difficultés, mais comme mes enfants sont ici, il est impossible de garder toutes les boules hautes.

        J'ai maintenant 41 ans et je suis diagnostiquée depuis 2017. Dans ma jeune enfance, j'étais très rêveur, calme et en fait peu visible. Quand je suis allé au lycée, mon professeur m'a dit : "Elle devrait pouvoir faire du havo mais l'envoyer au mavo parce qu'elle n'est pas encore concentrée sur l'école. Si c'est là-dedans, ça sortira plus tard". En fait, c'est bien parce que mon professeur avait raison. Mavo, avec deux doigts dans le nez, n'a jamais fait une journée de devoirs. Parce qu'à l'époque, je ne savais pas ce que je voulais faire, mais je voulais faire du havre. J'ai réussi, assez facilement aussi, mais il y a eu les premières luttes. Il s'est avéré que je devais vraiment apprendre de temps en temps. Le résumé des chapitres est devenu plus long que le chapitre lui-même. Difficile si vous ne pouvez pas faire la distinction entre le principal et le secondaire. Après 1 ou 2 chapitres, vous abandonnez. Après cela, je suis allé faire Pabo et il y a eu la première panique. Ils disent que la plupart des enseignants sont très organisés. Eh bien, je n'entends pas cela. Tous ces travaux, j'ai aimé mon stage, mais le travail de production de ces travaux a dépassé ma planification et ma concentration. Le résultat a été un retard important, une année supplémentaire et une grande perte de confiance en soi.

        J'ai assisté à une réunion à l'école primaire et lorsque j'ai dit à mon ancienne institutrice que je faisais aussi partie de l'enseignement, sa bouche s'est ouverte avec stupéfaction. Elle attendait beaucoup, mais elle ne l'a pas fait. En raison de mon absence, probablement. Pourtant, une telle classe pleine d'enfants où il se passe toujours quelque chose est pour moi l'endroit idéal. Vous êtes continuellement activé et recevez beaucoup de stimuli en même temps et je n'ai qu'une vue d'ensemble. Je sais exactement ce qui doit être fait.

        Jusqu'à présent, il fonctionne un peu. Aujourd'hui, tant d'années plus tard, 2 relations brisées, des problèmes financiers et administratifs, un burn-out et 2 enfants de plus. Je peux dire que je commence à avoir une certaine emprise sur ma vie. Le père de mes enfants souffre de TDAH et notre association n'a pas été un succès. La passion et l'amour ont explosé, jamais un moment d'ennui mais le chaos était trop grand. Je vis maintenant seule et nous avons un système de co-parentalité. Cela se passe très bien. Avec des médicaments et une formation, j'ai posé des bases solides pour mes enfants et moi-même. Le contact avec mon ex est bon et nous avons une relation de co-parentalité. Et il y a un nouvel amour. Mais ce que j'ai appris... vivre ensemble n'est pas nécessairement la solution pour moi. C'est pourquoi nous restons ensemble. Votre relation reste fraîche et surprenante, agréable pour une addition. Et toute la merde est votre propre merde, dans votre maison, votre chef et votre administration. Parfois, une nuit de rien, personne autour de vous, dans votre propre bulle, tout ce qui se trouve dans votre tête est très important pour moi. Nécessaire pour continuer à fonctionner. En rétrospective, j'ai dû lutter pendant plus de 40 ans. Et je suis aussi descendu pour en ressortir plus fort maintenant. C'est vraiment à cause du diagnostic. Cela m'a permis d'obtenir l'aide et les informations nécessaires. Ajouter et vivre avec cela est un processus continu. Vous ne l'avez jamais vraiment maîtrisé. Et parfois, quand vous êtes soudainement au fond, vous vous êtes à nouveau passé devant. Mais je peux maintenant dire que ça commence à ressembler à quelque chose. Je disais : "Plus tard, quand je serai grand !" Je pense que c'est tout.

  12. blank

    Bien écrit et très reconnaissable.
    Cela fait maintenant 36 ans et je me bats encore avec moi-même au quotidien.
    Ce que je rencontre régulièrement, c'est le sentiment de ne pas être compris par mon entourage. Les personnes qui me sont très proches ont beaucoup de mal à comprendre ce à quoi je suis confronté chaque jour et parfois ne comprennent pas pourquoi je fais face à certaines situations. On les qualifie encore parfois de désintéressés et de paresseux. Aucune idée de la façon de s'en sortir.
    Comment tout le monde gère-t-il cette situation ?

    1. blank

      Salut, Simone,
      Merci pour votre réaction. Une partie de moi se reconnaît dans votre réaction. Bien que je n'aime pas le partager avec d'autres personnes par honte. Je suppose que c'est juste que parfois je ne peux pas le comprendre. Dans mes relations avec les autres, il est très utile d'indiquer la cause - l'effet et surtout mes sentiments (c'était la situation ; c'est comme ça que vous avez réagi et c'est comme ça que je me sens). Peut-être que cela vous aide ? Salutations Roosmarijn

  13. blank

    Salut Roosmarijn.
    Histoire reconnaissable.
    A 30 ans, j'ai découvert mon add...
    Aussi à la suite de toutes sortes de plaintes.
    Comme si toutes les pièces du puzzle s'emboîtent.
    La description de l'ajout est une description de moi.
    Avec le temps, je me rencontrerai moi-même. Je ne veux pas utiliser l'ajout pour cela, mais au fond de mon esprit, je sais qu'il vient de là.
    Je pense que le problème de l'acceptation ne vient pas seulement du fait d'accepter d'ajouter... le problème est que je suis aussi un perfectionniste, je ne peux pas dire non et donc je ne peux pas faire les choses comme je le souhaite.
    Après un cours et beaucoup de lecture, j'ai commencé à mieux me comprendre.
    Et c'est pourquoi je ferais mieux de laisser tomber.
    Dans l'intervalle, un facteur de difficulté supplémentaire a toutefois été ajouté.
    Ma fille de 10 ans a aussi des ajouts et c'est assez compliqué.
    Ma copine aime une bonne structure, mais... c'est exactement ce que j'ai du mal à faire !
    L'astuce consiste à trouver sa voie dans les choses que l'on fait. Et un jour, cela se passe mieux que le suivant !
    Trouvez les bons conseils et réfléchissez à l'ajout... En lisant les instructions avec précision, vous comprendrez mieux ce qui se passe et vous pourrez faire de meilleurs ajustements pour bien fonctionner.
    Et facilite le processus d'acceptation.
    C'est juste que...
    Mvg Diana

    1. blank

      Salut, Diana,
      Merci pour votre réaction ! Et en effet, lisez attentivement les instructions... Alors vous avez fait un long chemin. Salutations Roosmarijn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fr_FRFrançais
nl_NLNederlands de_DEDeutsch fr_FRFrançais
Scroll naar top