Distribuer des médicaments pour le TDA et le TDAH
Inspiration | AJOUTER | TDA et TDAH | ADHD | Articles du blog des invités | Adultes atteints de TDA et de TDAH

TDA / TDAH : Cri d'urgence d'une âme piégée

Mon point de vue sur le TDA / TDAH

On m'a moi-même diagnostiqué un TDA. Au début, j'étais content du diagnostic. J'étais convaincu que quelque chose n'allait pas chez moi et que seule une étiquette pouvait m'aider. Mais la recherche d'une aide appropriée n'a fait qu'accroître la frustration et les symptômes. Jusqu'à ce que je commence à l'envisager d'un point de vue complètement différent. C'est ainsi que je vois les choses maintenant.

Approche scientifique du TDA/H

Est-ce génétique ? S'agit-il d'une anomalie dans le cerveau ? Est-elle principalement déclenchée par des facteurs environnementaux/éducation ? Une combinaison de tout cela ? Et quel est le traitement approprié ? Médicaments (et lesquels ?), thérapie comportementale, supplémentsl'homéopathie, neurofeedbackla méditation ? Tout le monde a une opinion à ce sujet. Chacun a une expérience différente. Partout, des experts essaient de nous convaincre. Venez me voir. J'ai la solution ! Regardez, j'ai des statistiques/chiffres qui le prouvent ?

Cependant, en regardant à travers des lunettes scientifiques, nous n'arrivons jamais au cœur du sujet. Au mieux, nos plaintes sont supprimées et nous apprenons à gérer notre soi-disant "désordre". Le problème est que la science nous considère comme des créatures purement physiques. Une sorte d'ordinateur enveloppé de chair. Et si une personne éprouve des problèmes de fonctionnement, c'est qu'il y a quelque chose qui ne va pas avec le matériel. Ensuite, il y a les connexions qui ne sont pas bonnes, la poussière qui manque, etc. Ce que nous semblons souvent oublier, c'est que nous ne SOMMES pas notre corps, mais qu'il y a quelque chose de beaucoup plus essentiel dans ce corps : une âme, de l'énergie, des vibrations ? C'est notre essence. Mais elle n'est pas tangible et donc aussi insaisissable pour la science (et tout ce qui n'est pas tangible est un non-sens aux yeux de beaucoup).

De l'âme libre à l'homme emprisonné

Lorsque nous sommes venus au monde, nous ne nous voyions pas comme des entités physiques, séparées de notre environnement. Nous n'étions pas délimités. Nos corps n'étaient pas une barrière dans laquelle nous nous sentions piégés. Nous étions purs et inconditionnels. Sans aucun sentiment d'isolement.

Mais nous avons vite senti qu'il fallait adapter notre comportement à un certain modèle socialement souhaitable. Et plus on vieillit, plus il y a de règles/responsabilités/attentes sociales. Notre esprit libre est devenu de plus en plus limité. L'énergie qui, auparavant, était encore principalement positive et pouvait circuler librement, était chargée et largement intériorisée. Là où nous voyions la vie comme un voyage de découverte, nous avons appris que tout avait déjà été découvert et que notre chemin était déjà largement tracé.

Le monde n'est pas un terrain de jeu ! Nous vous dirons ce qui est important ! Lecture, arithmétique, résolution de problèmes, science ! C'est important ! Êtes-vous un penseur conceptuel créatif (ce que sont tous les AD(H)D'ers) ? Pas de chance ! Nous pensons ici de manière linéaire ! Surtout, ne prenez pas de risques, choisissez la sûreté et la sécurité. Le changement, c'est mal !? Et vous êtes donc assis là, à rêver derrière la fenêtre de la classe. Un corps plein d'énergie, une tête pleine d'idées. Mais il faut rester assis et se taire. Le professeur pense que tu n'es pas intéressé, que tu es paresseux... Mais tu t'ennuies, c'est tout. L'énergie s'accumule et se stabilise. Une tête pleine de peurs, un corps plein d'agitation. "Quel est le problème de cet enfant ! Il ne peut pas rester assis, il rêve souvent, il ne peut pas se concentrer".

Pendant ce temps, on vous jette dans un tonneau de connaissances. Surtout, vous n'avez pas le droit de trop vous découvrir (supposons que vous arriviez à des idées qui s'écartent de la vision dominante : vous deviendriez un étranger, un "étranger bizarre"). Ne pas penser, juste digérer et reproduire. Votre tête déborde, le savoir s'évapore. Vous ne le comprenez pas, mais les autres enfants semblent le comprendre. Vous agissez donc comme si vous aviez tout compris. Bien que vous vous disiez souvent : "ce n'est pas bien, ça ne semble pas bien..." vous jouez le jeu. Sinon, ils vont vous trouver un canard étrange. Et vous y parviendrez, même si c'est avec beaucoup d'efforts.

Vous apprenez à réprimer vos rêves, parce qu'ils vous détournent de la "réalité". Tout est si abstrait. Pour d'autres, tout cela semble logique. Pourquoi ? Suis-je stupide ? Suis-je différent ? Je lis, et je lis et je lis. Mais rien ne colle. Je trouve cela très anormal pour moi, mais mes parents et mes professeurs me disent que c'est comme ça que ça devrait être. Je suppose que c'est le cas. Je dois venir, ou je reste derrière.

Recherche de la cause...

Certains d'entre nous parviennent à jouer le jeu. Au moins pendant un certain temps. Parce que vous ne pouvez pas continuer à repousser votre essence. Nous nous accrochons aux règles et à la structure, car c'est la seule emprise que nous semblons avoir. Nous avons besoin de ce manuel car sinon nous nous perdrons (nous pensons). L'idée que nous puissions perdre cette emprise nous rend anxieux. Nous continuons à ressentir une sorte de malaise, car quelque part nous savons que ce n'est pas notre façon de faire. Mais nous voulons être acceptés, nous ne voulons certainement pas être différents. En attendant, nous pensons nous-mêmes qu'il nous faut un emploi respectable, une belle maison, de beaux enfants intelligents, etc. beaucoup d'argent. Nous ne voyons plus la beauté du monde qui nous entoure. Cette énergie que nous avions en abondance dans notre enfance est restée dans notre corps.

Nous recevons toutes sortes de plaintes psychologiques et physiques. D'où viennent-ils ? Vous pensez : "J'ai tout ce qu'il faut pour être heureux. Pourtant, je me sens de plus en plus anxieux, agité, tendu, je ne peux plus dormir, je ne peux pas me concentrer ? Qu'est-ce qui ne va pas chez moi ? Je suppose que c'est un burnout sont. "Me faire mettre à la maison ?" Mais les pensées restent. La peur se renforce. "J'ai l'impression que tout est bancal. Que tout pouvait s'effondrer à tout moment, que le sol sous mes pieds disparaissait ?

"Qu'est-ce qui ne va pas chez moi ? Quelqu'un peut-il me donner un diagnostic ? ! Quelqu'un peut-il me donner des médicaments pour que ça s'arrête ? Je vais entrer mes symptômes dans le moteur de recherche : agitation, problèmes de concentration, troubles du sommeil, oublis, impatience... Qu'est-ce que ça dit : AD(H)D ! C'est tout ! C'est une combinaison parfaite ! Docteur, je l'ai trouvé ! J'ai ADHD! Donnez-moi rapidement un papier officiel pour que je puisse prendre des médicaments ! Posez-moi des questions, je sais quoi répondre".

Le label rédempteur ?

"J'ai enfin un label ! Je peux maintenant expliquer mon comportement particulier. Ce n'est pas moi, c'est mon trouble. Merci à la société, pour avoir si bien compris. Merci à la science d'avoir inventé les étiquettes (troubles) pour nous aider ! Pour que tous les autres puissent continuer à jouer au serious game sans être dérangés".

Vous pouvez décider de continuer à prendre ce jeu au sérieux. Mais parce que vous êtes dans une sorte d'état hypnotique, vous pensez qu'il ne peut en être autrement. Et vous vous battez constamment avec vous-même. L'esprit contre le sentiment. Et ce conflit interne est à l'origine de nombreuses plaintes psychosomatiques que nous connaissons. Cependant, de cette façon, vous ne vous débarrasserez jamais vraiment de vos plaintes. Il y a une alternative : voir que tout cela n'est qu'un "jeu". Jouez-le, mais ne le prenez pas au sérieux. Suivez les règles si vous en avez vraiment besoin, mais surtout suivez votre propre chemin. Libérez votre âme de la camisole de force ! L'énergie va se détacher et commencer à revenir. La vie sera beaucoup plus légère.

Redécouvrir l'essentiel : le vrai salut

Stop ! Appuyez sur le bouton pause. Voyez l'absurdité du jeu auquel nous jouons tous ensemble. Découvrez qui vous êtes vraiment, et ce que vous voulez vraiment. Lâchez tout ce à quoi vous vous accrochez. Parce qu'il ne vous rend nerveux que parce que vous avez peur de le perdre.

C'est ce que je fais maintenant. Et vraiment, je vis une paix que je n'ai jamais connue auparavant. Un sentiment de liberté ! Je n'essaie plus de nager à contre-courant de mon intuition, mais de flotter avec elle. D'une certaine manière, je savais depuis longtemps que me forcer à jouer le jeu me rendait malheureux et malade. Mais je pensais qu'il ne pouvait en être autrement. Que je m'effondrerais si je l'abandonnais. Mais vous n'êtes pas en train de mourir, au contraire. C'est comme renaître et voir le monde à travers les yeux d'un bébé : plein d'émerveillement.

Mon dernier point : si, par commodité, vous voulez mettre la série de plaintes que vous avez sous un même toit, d'accord. Mais n'appelez pas cela un trouble. C'est une mauvaise orientation d'une société qui préfère que l'individu s'adapte plutôt que d'admettre son échec. Les plaintes que nous éprouvons sont dues au fait que nous sommes des âmes libres, créatives, énergiques, qui ne peuvent pas être facilement poussées dans une certaine direction limitante. Un penseur conceptuel qui est obligé de penser de façon linéaire. Notre esprit nous dit que nous devons (pour fonctionner "normalement"). Ainsi, nous supprimons notre nature, et nous accumulons notre énergie. Essayez ce que cela vous fait quand vous regardez le monde de cette façon. Que se passe-t-il lorsque vous lâchez ce que votre esprit vous a fait croire pendant tout ce temps et que vous apprenez à faire confiance à votre intuition.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites défiler vers le bas...

Qui suis-je ? On m'attend pour dire : Mathieu Wouters, 37 ans, inspecteur de police, père de deux enfants, marié, belge, ... Combiné avec mon image, vous avez alors une idée superficielle de qui je suis dans notre réalité physique commune.

Comme je ne me suis jamais sentie à l'aise dans cette "réalité", j'ai pensé qu'il me fallait une étiquette supplémentaire qui expliquerait pourquoi j'étais différente. Il y a deux ans, on m'a diagnostiqué un TDA. Une étiquette supplémentaire pour façonner mon identité, pour m'aligner plus fortement et pour pouvoir demander de l'aide de manière spécifique.
Mais cela ne m'a pas apporté la paix que je cherchais. Ce qui a fini par se produire, c'est la réalisation qu'en plus du monde physique que nous continuons tous à façonner à chaque instant, il existe une réalité plus profonde. Une réalité beaucoup plus large dont l'âme constitue le noyau. Dans cette réalité, j'ai l'espace nécessaire pour être qui je suis, je n'ai pas à m'adapter à une "norme". C'est l'espace dont nous avons besoin pour connaître la paix, un espace que nous n'avons pas assez dans le monde physique.

Je résistais, souvent inconsciemment, à la société qui m'était si étrangère. Mais cette résistance a fait cristalliser de l'énergie négative dans mon corps.

Maintenant, je me rends compte que je ne devrais pas m'accrocher. Je ne devrais pas me battre. Parce que ce combat provoque de la souffrance. Pour vous-même et souvent pour les autres autour de vous.
Mon conseil : ne prenez pas la vie trop au sérieux. Considérez cela comme un jeu et ayez confiance que votre âme vous mènera à votre destin.

Je suis devenu un blogueur invité pour ADD characteristics.net afin de partager ma vision sur la collection de caractéristiques qui sont placées sous la rubrique AD(H)D. En effet, je ne crois pas vraiment aux explications conventionnelles et restrictives :)

Postes similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

22 Commentaires

  1. Tout d'abord, tous les voeux de l'ALLERBEST pour 2020
    Quel bel article, Mathieu !
    J'attends avec impatience vos blogs et je suis tout à fait dans la ligne de votre vision.

    En fin de compte, il s'agit de savoir qui nous sommes DANS SA SANTÉ et nous ne sommes PAS l'AD(H)D'er, l'autiste, le HSP'er. Je regarde et traite tous ceux avec qui je travaille avec une vision ouverte et les considère comme des personnes TOTALES. C'est ainsi que je me vois. Je considère ma grande sensibilité et mon TDA avant tout comme l'une de mes forces et de mes talents.
    Salutations distinguées,
    Monique de la botte

  2. comme c'est beau, comme c'est beau
    Moi aussi, j'ai été diagnostiqué à 33 ans, après de nombreuses frustrations...
    Mais maintenant, 2020 sera mon année, j'ai appris, changé et découvert tant de choses. Il peut y avoir un silence dans ma tête... et avec mes presque 45 longueurs, je suis plus heureux que jamais.

    a travaillé dur, mais ça en vaut la peine.
    Je le souhaite à tous
    salutations

    1. Merci pour votre réaction ! C'est formidable qu'après ces années de frustration (que nous pouvons tous imaginer), vous soyez si positif à ce sujet.

  3. Comment peut-on se faire dépister pour un TDA ? Allez-vous chez un médecin généraliste ou un neurologue ? Est-il possible de donner des conseils plus concrets sur la façon de lâcher prise ? Comment découvrir ce que vous voulez vraiment... le faites-vous par la méditation, la thérapie, la créativité, les autres... ? Merci d'avance ! Cela m'aiderait déjà beaucoup !

    1. Tout d'abord, Mathieu ! Merci pour ce texte très bien rédigé ! Je le vis comme vous le décrivez.

      Et @Els, j'ai énormément bénéficié des traitements Access Bars de Access Consciousness. Google it :) L'amour !

    2. Comment lâcher prise : Je trouve qu'il est difficile de répondre clairement à l'une des questions les plus difficiles. Je vais essayer d'y répondre à partir de ma propre expérience. Tout d'abord, je pense que vous devez être arrivé à un point où vous vous dites : "Vous ne pouvez pas continuer comme ça. Je suis fatigué d'être malheureux/anxieux, de me sentir tout le temps agité, etc. Mais pour pouvoir renverser la vapeur, il faut savoir d'où viennent ces émotions. Dans mon cas, par exemple, cela avait beaucoup à voir avec un conflit entre la réalité extérieure et la façon dont je ressentais les choses, la peur du changement, la recherche d'un but plus élevé dans ma vie, le sentiment d'être piégé, etc...

      Le problème est l'offre excessive de traitements possibles... Vous pouvez choisir des stimulants, une thérapie comportementale, un neurofeedback, toutes sortes de compléments, etc. Surtout si vous regardez sur Internet, vous vous noyez dans une mer d'informations. Un "expert" dit ceci, un autre dit cela. Et ils font tous de leur mieux pour vous convaincre (souvent par intérêt personnel). Cela a aggravé mon malaise. Je ne me suis vraiment sentie perdue qu'après mon diagnostic.

      J'ai du mal à le remplir pour vous. Mais j'ai finalement décidé de suivre mon propre chemin vers la guérison (pour autant qu'on puisse parler de guérison quand on réalise que les symptômes ne sont généralement pas causés par un "défaut" de notre corps). À un moment donné, mon attention a été attirée par des livres sur la "conscience". Livres sur la vie dans le "MAINTENANT". Les livres d'Eckhart Tolle, Alan Watts, Penney Pierce etc... Ces livres ont donné une image de la réalité / de la vie complètement différente de celle qui nous est imprimée depuis l'enfance. En lisant ces livres, j'ai été frappé par une tranquillité que je n'avais jamais connue auparavant. Ce que j'ai lu était si instructif, si rafraîchissant et conforme à ce que j'avais toujours ressenti intuitivement.

      Pour revenir à votre question "Comment lâcher prise". Pour moi, cela se résume aux idées suivantes : ne pas vivre dans le passé ou dans le futur. Tout ce qui s'est passé ne peut être changé. Parfois, il est important de savoir d'où viennent certaines choses (traumatisme, etc.). Mais après cela, il est également important de ne pas s'y attarder. En continuant à y réfléchir, vous continuez à nourrir/énergiser les pensées négatives. En même temps, vous ne devez pas vous fixer sur l'avenir dans l'espoir qu'il puisse apporter le salut. En se fixant sur l'avenir, on place tout en fonction de celui-ci et on oublie de vivre dans l'instant présent. Le seul moment qui existe est le MAINTENANT. Voir en même temps la relativité de tout. Tout change constamment, rien n'est permanent. Ne vous accrochez pas aux choses, aux personnes, aux croyances... Essayez de suivre les vagues de la vie. Et essayez de croire que votre âme vous amènera à votre destination. Parce qu'elle le fera. Et si vous ne résistez pas à ce qui est, ne nagez pas à contre-courant, vous arriverez plus vite à destination.

      Quant à un éventuel diagnostic, posez la question suivante : "Un diagnostic, une étiquette me donne-t-elle ce que je cherche ? Si, comme moi, vous cherchez la paix et le calme, cela ne vous aidera pas. L'AD(H)D n'est pas une maladie, ni un trouble, et ne peut donc pas être "guéri". Grâce à l'étiquette, vous recevrez une thérapie/médication qui supprime vos symptômes. Mais au fond (selon moi), rien ne va changer.

      salutations,

      Mathieu

    3. Note de l'administrateur : votre réaction ci-dessus a été accidentellement publiée dans le dossier des spams. Lorsque cela se produit, je le restaure manuellement. Votre réaction est là maintenant. Merci pour vos commentaires détaillés Mathieu :)

      —————————————————

      Je venais de taper une très longue réponse, mais elle a soudainement disparu :o

      Je vais essayer de le résumer.

      Je pense que la question de savoir comment tout laisser tomber est l'une des questions les plus difficiles à répondre. Tout d'abord, il faut que vous en soyez arrivé à un point où vous dites : "Je suis fatigué d'être tout le temps malheureux, anxieux/inquiet. Souvent, il faut atteindre un point bas ou passer par une longue période difficile avant d'arriver à ce point.
      Après mon diagnostic, je cherchais un traitement approprié. Mais j'avais l'impression de me noyer dans une surabondance de traitements possibles : thérapie cognitive, suppléments, neuro-feedback, stimulants... Cela me rendait encore plus anxieux.
      J'ai décidé d'abandonner mes recherches et, "par coïncidence", je me suis retrouvé avec des livres sur la conscience. Des livres d'Eckhart Tolle, Penney Peirce, Alan Watts, entre autres, qui donnent une image d'une réalité complètement différente de celle qui nous imprègne depuis l'enfance. Ces livres parlent de conscience illimitée, d'énergie, de vie dans le MAINTENANT et autres.

      C'est l'aperçu le plus important que j'ai tiré de ces livres :

      Vous lâchez prise en réalisant que vous ne devez pas vivre dans le passé ou le futur. Le passé ne peut plus être changé. Il est important de savoir d'où viennent certaines choses (traumatismes, etc.). Mais en faisant toujours attention au passé, vous continuez à nourrir des pensées négatives. Et en plaçant votre espoir dans l'avenir, dans un moment qui apportera le salut, vous oubliez de vivre dans le MAINTENANT. Croyez que votre âme vous mènera à votre destin. Ne nagez pas à contre-courant, vous arriverez plus vite à destination et vous souffrirez moins. Tout change, rien n'est permanent. Par conséquent, ne vous accrochez pas aux personnes, aux choses, aux pensées, aux croyances... Rejoignez les vagues de la vie et ne vous accrochez pas à...

      C'est le meilleur conseil que je puisse donner (pour l'instant :) )

      En ce qui concerne ces tests pour les TDA, demandez-vous ce que vous voulez en faire. Si vous voulez des médicaments et une thérapie appropriée pour soulager les symptômes, cela peut vous aider davantage. Mais la véritable guérison (dans la mesure où l'on peut guérir d'un trouble qui n'existe pas vraiment) ne commence, à mon avis du moins, qu'avec un changement de conscience.

  4. Cher Mathieu, comme tu es courageux d'être aussi ouvert et honnête... !
    Je suis convaincu que nous exagérons tous parfois/ souvent l'étiquetage et le diagnostic, entre autres à cause des incitations perverses de notre système de santé qui récompense l'obtention d'une aide supplémentaire ou de remboursements par le biais d'un diagnostic, etc !
    La pression d'une société de plus en plus complexe avec son abondance d'informations et de choix rend souvent les choses encore plus difficiles pour les personnes ayant des caractéristiques AD(H)D, etc !
    C'est génial quand on peut revenir à soi-même et à sa propre identité à sa manière !

    1. Bonjour, Mario. Merci pour votre réaction.

      Vous avez raison sur la pression de la société et l'abondance de l'information. Alors que je pensais auparavant que je devais laisser cette pression déterminer ma vie, j'ai maintenant compris que vous pouvez laisser cette pression vous dépasser. En ne s'accrochant pas à des certitudes... en voyant le changement comme quelque chose de positif... en voyant la relativité de tout...

      Je résous cette abondance d'informations en choisissant consciemment les sources d'information moi-même et en ne me laissant plus paralyser par le flot d'informations (souvent insuffisamment vérifiées, ou colorées) que nous recevons par toutes sortes de canaux.

  5. Merci pour ton explication très agréable Mathieu ! Une caractéristique particulièrement belle de l'AD(H)D est de regarder plus loin et plus profondément que le courant dominant. Et vous le faites. Vous exprimez mes pensées presque exactement. On m'a diagnostiqué un TDA il y a trois ans et j'ai commencé mes recherches. Dans la vie quotidienne, je dirige un cabinet de coaching, de conseil et de thérapie relationnelle. La particularité est qu'environ 30 à 40 % de mes clients font partie de ce spectre, dont j'ai beaucoup parlé, car ils ne le savaient pas. Quand ils entrent, je le ressens : l'énergie, la soif de sens et de signification, la créativité et l'impulsivité et la capacité de concentration qui est partout.
    Le timbre "désordre" m'a aussi échappé depuis longtemps. Lorsque le jugement, la peur, la honte et la culpabilité peuvent céder et que les émotions peuvent être de plus en plus régulées, une énorme source de potentiel se libère qui m'étonne encore presque quotidiennement. Quelle merveilleuse personne que AD(H)D'er !

    Le bon côté de Mathieu, c'est que j'ai démissionné il y a deux ans après 19 ans de Maréchaussée et que je suis devenu indépendant. On m'a dit que le niveau AD(H)D en pourcentage dans la police ou la défense est beaucoup plus élevé que dans la société civile. Et cela ne me surprend pas vu le profil :)

    C'est gentil de continuer à bloguer. J'attends avec impatience vos commentaires !
    Meilleurs vœux pour 2020 et surtout une vie libre et inadaptée. Même dans le système policier.

    Salutations,

    Ewout du Groupe
    http://www.kingdomcare.nl

    1. Salut Ewout. Merci pour votre belle réaction ! J'ai jeté un coup d'oeil à votre site... Quel tournant de carrière ! Quoi qu'il en soit, j'aime votre vision.
      En particulier la phrase "le jugement entraîne le retrait, l'empathie relie". Mais lorsque je faisais encore des interventions, je trouvais cela très difficile à appliquer dans la pratique tout le temps. Comme vous l'avez dit, il s'agissait principalement de "gestion des conflits à l'extérieur". Et cela n'apporte pas de solution à long terme.

      On reconnaît également que vous avez dû traverser une période difficile pour atteindre ce point de basculement. Avec le recul, je vous en suis très reconnaissant. Elle m'a apporté de nombreuses idées, qui m'ont apporté la paix et la tranquillité dont j'avais tant besoin...

      Salutations, et bonne chance pour 2020 !

  6. Qu'est-ce qui est si bien écrit, si clair et si reconnaissable.
    On m'a diagnostiqué un TDAH/ADD à 55 ans...
    Toutes les pièces du puzzle se sont soudainement mises en place.
    Enfant, je me faisais souvent battre par ma mère, parce que j'étais ingérable (elle pensait)
    Je me sentais différent des autres enfants... Qu'est-ce qui n'allait pas chez moi ? Je ne comprenais pas...
    Et puis, plusieurs années après le diagnostic... Je ne me drogue pas.
    Quelques suppléments... Mais c'est toujours occupé et agité dans ma tête.
    En plus de cela, j'ai une fibromyalgie... Eh bien, croyez-moi, ces deux conditions ne sont pas des petits amis... Mais c'est ma vie, et je vais bien... J'ai beaucoup de soutien pour mes trois chiens...

    1. Merci pour votre belle réaction. Celui de "l'enfant ingérable" est également reconnaissable. Ce sont souvent des enfants qui sentent intuitivement que quelque chose ne va pas. Que les règles qui leur sont imposées restreignent trop leur liberté et entravent leur développement (c'est mon sentiment).
      Je suis heureux que mes deux filles aient du tempérament et ne soient pas trop dociles :)

      Heureusement que vous pouvez le faire sans médicaments !

  7. AD(H)D Ouais. Magnifiquement écrit.
    À 55 ans, les recherches sur l'ADN du professeur VERHOEVEN de la clinique Venray van Gogh ont montré que j'avais un problème ou que je me sentais toujours différent, mais aussi que j'avais le sentiment d'avoir échoué dans cette vie...
    Sur la paire de chromosomes 16... il y a une "erreur" et c'est héréditaire.
    Ben 60 a un fils atteint d'autisme et de problèmes connexes... et a eu une fille atteinte du syndrome de Williams...
    Les personnes ayant un tel dysfonctionnement de l'AD(H)D...
    avoir des enfants plus faciles avec des problèmes déjà mentionnés...etc.
    À l'institut de recherche génétique, ils m'ont tout expliqué... mais tout aussi bien... malgré une certaine aide... j'ai toujours du mal à trouver ma voie dans la société... mais ma créativité me permet de continuer...

    1. Bonjour, Hilde. Merci pour votre réaction.
      Quelque part, je suis désolé que tu aies encore l'impression que quelque chose ne va pas avec toi. Nous rencontrons en effet beaucoup d'obstacles parce que nous sommes câblés différemment. Mais c'est surtout la science et la médecine ordinaires qui veulent nous faire croire que cet "être différent" est un trouble.

      Je ne me sens pas non plus chez moi dans cette société. Mais je ne veux pas m'adapter. J'ai ma propre vision du monde. Et cela, comme celui de nombreux AD(H)D-ers, HSP-ers et parents, est beaucoup plus large que la vision étroite de la réalité qui nous est imposée. Nous pouvons transcender cela au lieu de laisser nos peurs nous abattre.

  8. Top Mathieu ! Magnifiquement formulé et très reconnaissable. Grâce à ma méditation et au jeu social ridicule, je sais comment me défendre. J'ai maintenant 43 ans et je me sens plus que jamais comme un enfant. Cela ne fait que s'amuser davantage ? Bonne chance avec tout ce qui est amigo ! Salutations, Henry

    1. Salut Henry. Merci pour votre réaction ! À mon avis, il s'agit de ne pas trop se tordre dans le rôle de "l'adulte sérieux", mais de garder ou de redécouvrir la spontanéité, l'enjouement, la fantaisie, l'émerveillement de l'enfant en soi.
      Beaucoup, cependant, prennent la vie beaucoup trop au sérieux, s'y accrochent et se laissent abattre par des émotions négatives...

  9. Je sais que j'ai été victime de la guerre dans ma vie précédente et toutes ces peurs et ces émotions sont toujours dans notre ADN. Cela nous rend confus d'après toutes les impressions que nous avons ici. Beaucoup d'adhérents sont des victimes de guerre réincarnées.

    1. Bonjour, Margit. Je suis curieux de savoir comment vous savez ça... La régression sous hypnose ? Je m'intéresse également au sujet de la réincarnation. Lorsque nous parlons de traumatisme, nous ne pensons trop souvent qu'aux traumatismes subis dans notre vie actuelle. Si les traumatismes des vies passées peuvent tout aussi bien laisser des traces.