La vie de Melissa est pleine de hauts et de bas à cause des troubles de l'attention et des médicaments

Depuis quelques années maintenant, Melissa sait qu'elle a un TDA

Bonjour,

Melissa à propos de sa vie avec les TDA
Melissa

J'ai vu sur le Page Facebook que vous pourriez raconter votre propre histoire sur les TDA, et j'ai pensé que ce serait amusant et bien de la partager avec d'autres.

Mon père est mort en 2010. Peu de temps après, j'ai rencontré mon petit ami (par l'intermédiaire de hyves). Son père était également mort, et nous avons eu une connexion instantanée. Nous nous sommes rencontrés et depuis lors, nous n'avons presque jamais été séparés. Nous avons traversé une période difficile. J'étais très déprimé et je n'avais plus envie de vivre. J'ai fini à GGZ. Chaque jour, les choses allaient un peu mieux, et mon petit ami et moi cherchions un endroit où vivre pour nous. Quelques mois plus tard, nous avons déménagé, mais ma thérapie a continué, mais dans une autre province. Je reprenais la formation quand elle recommençait, mais dans une autre province. Entre-temps, j'avais déjà eu quelques emplois, et tout a échoué. L'éducation, le travail, je me suis enfoncé de plus en plus dans la fosse et je me suis senti totalement inutile.

Mon responsable, c'était une femme de haut niveau. Elle m'a donné de bons coups de pied au cul plusieurs fois, ce dont j'avais besoin. Mais cela n'avait plus de sens pour moi, mon petit ami et moi nous sommes disputés de plus en plus souvent, et cela s'est terminé par de fortes colères pour moi.

L'année dernière, en novembre 2013, on m'a diagnostiqué un TDA, après avoir répondu à une série de questions, tout était certain. J'ai un ADD, mais qu'est-ce que l'ADD?….. À la maison, j'ai cherché tout ce qui concernait AJOUTERet j'ai dû la laisser se contenter de moi-même. Aussi de mon thérapeute. La semaine suivante, j'ai eu une conversation sur la façon dont je le prendrais. J'ai pris des mesures drastiques pour quitter mon petit ami, pour m'installer chez ma mère et mon beau-père et pour y reprendre mes études. Dès que je commençais mes études, je recevais des médicaments, le fameux ritalin.

C'était avec mon petit ami, je vivais avec ma mère et mon beau-père, je faisais de belles choses avec ma demi-sœur et mon éducation avait commencé, ainsi que mes médicaments. J'ai reçu les médicaments méthylphénidate. Ce n'était pas drôle, si vous voulez mon avis. La dose n'a cessé d'augmenter et à la fin, je ne pouvais plus manger et j'ai même vomi. J'ai perdu beaucoup de poids et je me suis sentie fatiguée et boiteuse. J'ai continué pendant un certain temps, mais après cela, je me suis senti un peu mieux, pas encore super, mais je pouvais continuer.

Plusieurs mois plus tard, mon petit ami et moi avons renoué une relation. Il m'a terriblement manqué et je lui ai manqué, nous savions pertinemment que nous ne pouvions pas vivre l'un sans l'autre. Après cela, c'était très mal. J'ai eu une réaction allergique, mais je ne le savais pas à l'époque. Je me suis réveillé anxieux, j'ai crié, j'ai flotté et je ne me sentais pas bien. Ma mère est montée en courant et m'a calmée, mais mes yeux... Mes yeux se sont retrouvés enroulés et ne pouvaient plus rien voir. J'avais envoyé un film à mon petit ami, et il a eu très peur, elle a immédiatement dit "TON MOT Aveugle ! Et ma mère m'a dit que vous ressemblez aussi à un aveugle. Je suis allé au cabinet du médecin, j'ai été à l'hôpital plusieurs fois, mais c'était le "stress" ou je me suis "adapté". Donc, à chaque fois que j'ai été renvoyé chez moi.

Jusqu'au jour où j'ai éclaté en sanglots. Je ne pouvais plus le faire, j'avais mal, je ne voyais rien et je ne me sentais pas bien, j'avais appelé le médecin encore et encore et on m'a dit "reposez-vous". Jusqu'à ce que ma mère, furieuse, appelle le médecin pour lui dire qu'elle veut venir tout de suite pour se faire examiner. Jusqu'à ce que je m'asseye chez le médecin et que toutes sortes de gens me regardent et me disent que cette fille est autorisée pour moi, parce que ce n'est pas bon. Enfin des gens qui ont compris.

Le docteur m'a regardé dans les yeux, mais elle n'a pas pu, alors elle a essayé un tour. Aucun médecin ne pouvait me regarder dans les yeux, sauf elle. Elle ne le savait pas, mais elle a pris le temps pour moi de voir ce que cela pouvait être. Jusqu'à ce qu'elle dise bonjour, tu prends du ritalin, non ? Et puis la balle a commencé à rouler. J'ai dû arrêter le médicament immédiatement et j'ai pris de l'oxazépam pour me calmer. Le lendemain, j'ai dû revenir et appeler mon médecin pour qu'il me prescrive immédiatement le médicament.

J'avais passé une semaine sans médicaments, et puis zut, parce que l'enfer s'est déchaîné à la maison, beaucoup de conneries et des choses me sont tombées sur la tête avec lesquelles je n'étais pas du tout d'accord, alors quoi exactement, une crise de colère s'est produite. J'ai défoncé la porte de l'audition, j'ai couru à l'étage, tout ce qui était dans ma chambre s'est cogné contre le mur....

Beaucoup de choses se sont passées après cela, beaucoup de conversations, de disputes, mais aussi beaucoup de changements dans la maison. J'ai aussi reçu d'autres médicaments, dexamphétamine. Une petite dose, et ça marchera. Je n'en veux plus parce que je suis anxieux.

Et maintenant... 2014, un nouveau départ pour mes études se passe bien, je vis à nouveau avec mon petit ami et nous sommes même ensemble à la recherche d'une belle et grande maison à acheter. Nous avons de belles choses en perspective et nous avons des projets d'avenir ensemble. Après mes études, je veux réduire lentement mes médicaments et essayer de le faire par moi-même. Aussi parce que nous voulons un bébé à l'avenir et que cela ne va pas de pair avec le ritalin (drogue). Et aussi, après mes études, je commencerai à m'occuper de mes propres parents d'accueil, donc ma vie semble bien maintenant.

Je suis heureux, et je me sens bien ! Je suis curieux de savoir ce que l'avenir me réserve et ce qui peut me rendre encore plus heureux !

C'était une petite partie de mon histoire, il s'est passé beaucoup plus de choses dans ma vie, mais j'y travaille encore. À l'avenir, je veux aussi écrire un livre sur ma vie, avec des trucs et des conseils pour les personnes souffrant de dépression, de TDA, de troubles alimentaires, etc.

Salutations Melissa

Addition de Melissa le 21 avril 2014

J'avale depuis un mois maintenant LTO3...a été discrètement éliminé et complètement débarrassé de la ritaline depuis deux semaines maintenant. Cela fonctionne très bien pour moi ! Je ne me sens plus aussi ennuyeux, je dors bien et tout a bien meilleur goût pour moi. J'en ai discuté avec ma psychiatre qui m'a dit d'accord, je dois dire que c'est mal, mais en fait je trouve ça super si ça marche bien pour vous. J'ai vu mon psy pour la dernière fois la semaine dernière. Je ne me suis jamais sentie aussi bien dans ma peau ! Je suis heureuse de m'être débarrassée de ce désordre aussi parce que mon petit ami et moi voulons avoir un bébé à l'avenir. Cela coûte cher, mais je préfère avaler des remèdes naturels plutôt que ce gâchis qui m'a donné de terribles effets secondaires. Ce n'est pas sans importance que mon petit ami ne remarque pas de différence que je n'avale plus de ritaline, mais s'il est heureux que je ne me sente pas si somnolente.... (Je parle avec les oreilles de sa tête)

Salutations Melissa

Vous pouvez laisser un commentaire sur l'histoire de Melissa ci-dessous...








Vous voulez vivre plus facilement avec votre TDA, TDAH ou HSP ?
Inscrivez-vous maintenant et recevez gratuitement des conseils et de l'inspiration chaque lundi !
+ maintenant directement 2 jolis cadeaux !



 

12 réflexions sur “Melissa’s leven vol ups en downs door ADD en medicatie”

  1. blank

    Hé Melissa, merci pour ta belle histoire, honnête et complète. Vous voyez quelle belle réaction cela produit :) Ensemble, nous sommes forts et nous nous inspirons les uns les autres ! Je suis heureux pour vous que les choses aillent dans la bonne direction. Continuez à faire du bon travail !

  2. blank

    Salut,

    Je suis allongé là, en train de lire votre histoire. J'ai peur parce que j'ai été diagnostiqué comme tout le monde. Cependant... pas de drogue pour moi. Pas question :)

    J'espère que grâce au yoga, à beaucoup de sport et de discussions, et à de bons entraîneurs, je pourrai mettre ma vie en ordre. Ce n'est pas facile... Mais qu'y a-t-il dans cette vie ? N'est-ce pas ?

    J'y mettrai mon histoire plus tard. Merci de partager. Au moins, ce site me donne de nouvelles idées.

    Salutations,
    Jerryl

  3. blank

    Bonjour,
    C'est la même chose ici.
    Je viens de recommencer le ritalin.
    C'est vrai, les muscles me font mal, mais c'est aussi le résultat d'années de lutte contre mon TDAH et mon HSP.
    Vous prenez toujours du Ritalin ?
    Je prends 10 mg et c'est tout.
    grt,
    Nadine

  4. blank

    Salut,

    On m'a également diagnostiqué un TDA il y a deux ans. En fait, toute ma vie, je n'ai pas pu saisir le chaos et la morosité qui l'accompagnent. La dépression, les troubles anxieux et même le trouble borderline ont été les diagnostics que les experts ont lâchés sur moi. J'ai emprunté une bande de méthylphénidate à des connaissances et le brouillard s'est dissipé... Finalement, ce médicament a été la raison d'examiner de plus près les plaintes liées au TDA et oui, le médium était d'accord avec moi. La fuite était à l'étage.
    Malheureusement, mon corps n'a pas très bien réagi à cette substance et est passé à la dexamphétamine avec pleine satisfaction. C'est maintenant mon dopage pour faire un peu plus de ma vie. Un peu tard, à 47 ans, mais quand même...

  5. blank

    Salut, Melissa,

    J'ai été diagnostiqué avec l'adhd en 2009, j'avais déjà 33 ans à l'époque. Grâce à l'autodiscipline, j'aurais pu raisonnablement la supprimer à tout moment. En ce sens que je n'ai pas fait trop de chaos, mais j'en ai toujours fait beaucoup trop, j'ai suivi des formations et des cours différents et j'ai changé d'employeur encore et encore. Cela ne me dérangeait pas de ne jamais me sentir en paix et tranquille, mais le fait de dépasser sans cesse mes limites à cause de mes efforts excessifs et le simple fait de passer de chaud à chaud dans ma vie professionnelle me tuait. Juste avant d'être diagnostiquée, je pensais vraiment que j'étais "folle" et que je devenais de plus en plus désespérée à cause de tout ça.

    Après le diagnostic, j'ai essayé différentes formes de médicaments pour l'adhd. J'ai réagi avec beaucoup de véhémence à tout, du malaise à la perte totale. J'ai toujours souffert des effets secondaires des médicaments, mais dans le monde médical, cela a été écarté. Mon thérapeute a examiné mon génotype et il s'est avéré que j'appartenais à un petit % de la population mondiale blanche qui métabolise lentement. Cela a toutes sortes de conséquences sur la dégradation des médicaments. Par exemple, il en résulte que je ne dois pas utiliser certaines formes de médicaments et d'autres à des doses pour enfants. C'est toujours une question d'essai et d'erreur et de voir ce qu'il fait.

    Maintenant, je ne prends que 2x par jour un demi-comprimé de dexamphétamine de 5 mg et ça va bien, plus de 1,5 par jour, je ne devrais pas en prendre non plus. Fou bien sûr, car normalement on avale plus en moyenne.
    Cela m'aide beaucoup, je ne suis pas directement un défenseur des médicaments, mais si le fardeau d'un trouble devient trop lourd et que les médicaments aident, alors je ne dirai plus qu'il n'y a pas autant de personnes dans la société qui réagissent aux médicaments de l'adhérence.
    Bien sûr, c'est le choix de chacun, mais grâce aux médicaments, j'ai presque fini mes études de psychologie et j'ai presque 3 ans et demi avec le même employeur. Même si je n'aime certainement pas y être tout le temps (normalement, j'aurais déjà dû m'absenter 300 fois :)).

    Pendant ma grossesse, je n'en ai pas pris non plus, c'était terrible, j'aimerais avoir un autre enfant et puis je devrai encore arrêter. J'envisage de m'immerger dans le LTO3, si cela est autorisé pendant une grossesse et si, bien sûr, cela ne présente aucun risque, je pourrais essayer de continuer à fonctionner "jusqu'au bout".

    Bonne chance pour tout et pour le meilleur ! Merci pour votre franchise.

    Rebecca

    1. blank

      Salut Rebecca,
      J'ai moi-même une certaine enzyme du foie. Ne réagissent pas bien aux médicaments. Je me demande dans quel état vous êtes. J'aimerais avoir de vos nouvelles.

  6. blank

    Une belle histoire Mellissa très reconnaissable.
    Je ne passe pas un bon moment en ce moment, et ma femme et mes enfants non plus. Je souffre aussi de dépression maintenant et cela ne vous fait pas du bien.
    Un jour, c'est mieux que le suivant. Puis il rit à nouveau, puis pleure à nouveau pour rien, vraiment. On ne ressent rien, l'amour de ma vie doit à chaque fois m'accompagner. Je veux aussi faire mieux et profiter à nouveau des choses normales de la vie.
    Je dois retourner à l'aide psychologique en février et j'en ai besoin maintenant plus que jamais. Mais j'essaie vraiment de rester positif.

  7. blank

    Salut Melissa !
    Je suis déjà un peu plus âgé (46 ans) et on m'a diagnostiqué un TDA l'année dernière. Quand le médecin m'a dit que ce serait très étrange si je n'avais pas de TDAH, à cause de toutes ces caractéristiques, j'ai pensé un instant qu'il était fou... Je suis très calme et certainement pas cette balle rebondissante que j'avais en tête avec le TDAH. Puis il m'a dit que j'avais la variante "Non-Hyper", ADD. Quand je suis allé voir ce que c'était, je suis tombé sur une liste d'environ 22 caractéristiques. Vingt d'entre eux me conviennent parfaitement, et quand j'ai fait lire le livre à ma femme, elle a cru qu'il était écrit pour moi !
    Quoi qu'il en soit, j'ai commencé (après avoir été testé et avoir manifestement eu un TDA) avec Concerta. Il s'agit d'une variante à action prolongée du Ritalin, ce qui vous permet de ne pas prendre ces pilules si souvent et de ne pas oublier de les prendre si rapidement. Pratique, mais j'ai aussi eu toutes sortes d'effets secondaires désagréables. Tous mes organes ont commencé à me faire très mal et je n'étais plus capable de faire quoi que ce soit. À un certain moment, je pensais qu'il me resterait au maximum 14 jours à vivre, à cause de la douleur et de la sensation de pourriture dans mon corps ! Cela a duré 3 mois.

    Quand tout a fonctionné à nouveau, j'ai relancé Concerta, à faible dose (également un jour sur deux) et nous l'avons fait monter très lentement. Heureusement, cela s'est bien passé et maintenant j'ai une vie bien meilleure ! Je peux mieux me concentrer, je m'affirme davantage (je peux donc mieux me défendre de toute façon) et j'ai beaucoup plus d'énergie pour être actif.

    On m'a diagnostiqué un TDA après 15 ans de dépression sévère. Le TDA a maintenu cette dépression et a détruit de nombreuses années de ma vie. Cela a également entraîné des problèmes dans ma relation. En raison d'une enfance traumatisante (toujours des parents qui se disputent), j'étais allergique aux querelles et cela m'a conduit à ... un comportement d'évitement des conflits (qui heureusement ne semble pas vous déranger). Maintenant, je suis plus sûr de moi et cela m'amène à ... oui, de nouvelles situations de conflit, des confrontations difficiles et peut-être même une pause. Alors, essayez toujours de rester vous-même et de vous défendre ! Et ne le sous-estimez pas, car vous êtes vulnérable mais aussi fort.

    Alors, cherchez toujours votre propre force et ce médicament ne peut que vous aider, pas vous forcer.
    Bonne chance et bonne chance !

  8. blank
    Marja Willigenburg

    Réponse à Melissa.
    Tout d'abord, c'est bien que vous l'ayez sur la route maintenant.
    Et c'est une leçon qui dure toute la vie.
    Nous avons une famille adhd / add.
    Les deux types atteints d'Adhd ont arrêté de prendre de la ritaline pendant des années avec succès car, soyons clairs, cela va aussi souvent bien avec la ritaline ! Tout le monde ne réagit pas de manière allergique, etc.
    Mais avant Melissa, ils se sont arrêtés et ils vont bien. Il faut beaucoup d'autodiscipline et chaque jour, ils continuent d'apprendre.
    Je vous souhaite bonne chance. Salutations Marja

  9. blank

    Merci d'avoir rendu votre histoire publique ! J'ai une fille qui a avalé des concerta et du méthyle en vrac et qui avait d'énormes craintes. Nous aussi, nous voulons arrêter les concerta et le méthylphénidate et passer à Stratera. Nous l'essaierons le mois prochain. Quand on voit ce qu'elle doit avaler pour s'endormir, de la mélatonine, de la prométazine et des céréales homéopathiques contre l'anxiété, la lampe allumée et dans notre chambre, et elle a onze ans. Ce n'est pas une situation saine. Mais nous gardons courage et espérons que tout ira bien avec d'autres médicaments. Merci pour votre histoire et bonne chance.

  10. blank

    Si jamais vous voulez avaler quelque chose, vous feriez mieux de prendre du LTO3, une alternative naturelle à la ritaline, qui n'a pas tous ces effets secondaires désagréables. Il fonctionne également mieux. Cherchez sur Google.

    1. blank

      Salut Henriette,
      Je suis d'accord, j'utilise LTO3 moi-même maintenant. Les médicaments chimiques tels que le Ritalin et le Concerta que je ne recommencerai jamais personnellement. Trop d'effets secondaires m'ont fait me sentir plus mal qu'avant. Mais chacun finit par faire son propre choix. LTO3 me donne plus de paix. Surtout, il me permet de mieux traiter les stimuli dans la rue et de me concentrer sur le travail. Le nombre de réactions des personnes qui prennent lto3 et en bénéficient ne cesse d'augmenter. Il est incroyable qu'un remède naturel puisse avoir un si bon effet sur les personnes souffrant de TDA et de TDAH. Pour ceux qui sont intéressés, j'ai voici une page entièrement consacrée à lto3.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fr_FRFrançais
nl_NLNederlands de_DEDeutsch fr_FRFrançais
Scroll naar top