caractéristiques du TDAH
Adultes atteints de TDA et de TDAH | TDA et TDAH | ADHD | Articles du blog des invités | Histoires de vie

Les plus âgés, les plus fous |50+ et les TDAH !

TDAH chez les adultes

ad(h)d chez les adultesPlus de 50 ans et ensuite être diagnostiqué avec un TDAH. Qu'est-ce que cela vous fait ?
Il n'y a pas si longtemps, quelqu'un m'a demandé si j'avais déjà subi un test de ADHD. TDAH ? N'est-ce pas quelque chose pour les enfants qui sont très occupés toute la journée ? De ces balles rebondissantes qui ont du mal à l'école ? J'étais calme, timide, renfermé, rêveur, j'avais peu d'amis, un étranger. Une personne avec beaucoup d'imagination et un tempérament, c'est tout. Un cul de rami : "Mais c'est une bonne chose que ton cul soit attaché à toi, sinon tu vas le perdre aussi !? Et une casserole en fer-blanc : "encore si chaud et si froid !?, un "gouvernail à épices" ?

Quand j'ai grandi, je me suis souvent demandé pourquoi j'avais tant de mal à terminer quelque chose. Tant de demi-chandails et de travaux manuels inachevés, car oui, un motif différent et une couleur différente étaient toujours plus beaux. Quand j'ai peint la maison, la peinture n'était plus disponible dans le magasin, alors qu'il restait encore un morceau entier de mur et de plafond. J'ai relancé mon propre blog à plusieurs reprises, après quoi il s'est vidé de son sang après quelques articles. Ma propre petite entreprise continue à jouer dans ma tête.

Et je vois vraiment l'intérêt de ranger, mais j'ai toujours détesté les placards. J'essaie de les décorer aussi, mais il y a toujours quelque chose qui tombe. J'ai beaucoup de mal à jeter des choses et les ranger, c'est généralement les déplacer, dans une tentative effrénée de les organiser.

Il y a quelques années, j'ai découvert penseur de l'image était, en fait, le gars du scénario. C'est pourquoi les gens ne me comprenaient pas quand j'essayais de leur dire quelque chose et c'est pourquoi j'étais si occupé dans ma tête. Les penseurs de scène voient beaucoup d'images en même temps, qu'ils doivent tous convertir en informations, ai-je lu. Les scénaristes ont toujours quelques longueurs d'avance sur les autres grâce à leurs pensées. Ma tête est toujours pleine. Je me sens souvent agité et inquiet, parce qu'il y a tant de choses intéressantes à faire et que l'horloge de la vie fait impitoyablement tic-tac. Mais je suis tout aussi souvent pris à traîner sur le canapé à ne rien faire. Ce n'est pas parce que je ne sais pas ce que je vais faire en premier.

Un test au travail a montré que j'étais un pionnier, quelqu'un qui aimait faire de nouvelles choses et qui avait du mal à faire des travaux de routine. Et en effet, j'avais des difficultés avec les projets à long terme, j'avais besoin de délais, j'étais un étranger pour les décideurs politiques, j'essayais d'éviter les réunions ou, avec une excuse, de partir plus tôt. Mais s'il y avait un travail qui me plaisait, je n'avais aucun problème à le faire à la maison jusqu'à tard dans la nuit.

Puis je me suis retrouvé au chômage et mon coach de carrière m'a dit que j'avais du mal à me concentrer, à cadrer et à fixer des priorités. Mes enfants sont devenus des adolescents et les travailleurs sociaux m'ont surprise en train de leur offrir trop peu de structure, d'incohérence et de limites. J'ai perdu le contrôle de ma famille, de ma vie. Mes sautes d'humeur m'ont incité à faire un test psychologique et voilà : le diagnostic TDAH - C, (type combiné).

Je ne ressens pas le diagnostic comme une maladie, mais il y a beaucoup de quartiers. Depuis la fin de l'année dernière, je prends des médicaments (ritaline). Je me sens plus calme, plus joyeux et mes crises de colère se sont atténuées. Je ne remarque pas (encore) d'effet sur la concentration. La semaine dernière, j'ai commencé un cours sur le TDAH pour adultes. Qu'est-ce que cela va m'apporter ? Je n'ai pas l'illusion qu'un jour je pourrai faire face au chaos et je sais aussi que je ne le veux pas du tout. Ce chaos m'appartient, la structure et la routine me font peur. Mais maintenant que j'en sais un peu plus sur le TDAH, je peux au moins faire quelque chose pour rendre la vie des gens autour de moi un peu plus supportable.

Alie Anglais

Postes similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 Commentaires

  1. Salut, Mario,

    J'ai lu votre histoire et j'aurais pu l'écrire... elle est en plein milieu... ...a merdé il y a des années et depuis 3 ans je connais l'adhd add... Veillez à ce que votre message soit de 2017... En fait, je me demande où vous êtes maintenant et comment vous pouvez descendre de ce terrible train express... Ne vous emparez pas de ma situation qui détruit tout... J'espère que vous avez trouvé la paix... Marco

  2. Bonjour,

    J'ai récemment subi un test psychologique pour le TDA/TDAH. Il s'avère que j'ai une combinaison. D'un côté, je suis très heureux qu'il y ait beaucoup de gens qui ont les mêmes problèmes que moi. J'ai réfléchi pendant des années aux raisons pour lesquelles ma vie est un gâchis. Pourquoi je n'ai pas envie ou la force de m'occuper de mes tâches quotidiennes. Pourquoi je n'ai pas appris à l'école les choses que je devais apprendre, et pas seulement une matière que j'aime (pour laquelle j'ai d'ailleurs obtenu des notes incroyablement bonnes). Difficulté à travailler pour quelqu'un. Errer dans la fantaisie pendant trop longtemps. Errer d'un supermarché à un Sahara en une minute. En me regardant fixement pendant quinze minutes sous la douche. Penser les choses trop facilement. Je dois environ 40 000 euros, et je m'en fous ! Pas d'émotion du tout, mes amis sont plus stressés que moi ! Haha, restez toujours positif. Mais parfois, on la perd. Je veux changer ma vie. J'ai pris du Ritalin, pour une raison quelconque, cela me rend très hyperactif. Beaucoup de concentration est un point positif. Je pense qu'il y a beaucoup d'avantages à ADD. Je lis souvent que les TDA sont créatifs, et quand ils veulent faire quelque chose de bien. J'ai moi-même un énorme talent pour la musique. Grâce à ma riche imagination, je peux écrire et jouer de belles chansons. Je suis aussi bon pour les tâches ménagères, après tout je suis bon pour tout ce que j'aime.

    Salutations,
    Mario

  3. Joli blog, clair et structuré !
    À mon avis, la persévérance est toujours une chose délicate. J'apprends de plus en plus que chaque jour, le fait de regarder et de planifier de petits pas me donne une vue d'ensemble et un meilleur équilibre.
    Pour moi, la persévérance a toujours quelque chose d'un printemps excitant, qui à un certain moment se relâche et puis REGARDER tout, donc de trop réglementé, prévu à relâcher et presque indifférent, jusqu'à ce que la spirale soit lentement remontée. Mon défi consiste maintenant à trouver un équilibre et à paraître plus petit. Est-ce également reconnaissable ?
    Au fait, pas de TDAH chez moi, dans la famille...(fils, frère...) Mais hsp est écrit sur moi...
    BLOGUE sur le sujet tzt, :-)

  4. Très reconnaissable Alie - je ne sais pas ce qu'il y a dans ton cours... J'ai quelque chose dessus. J'en avais plus sur le groupe cible qu'ils ont proposé ici au GDT. Un matin toutes les deux semaines et puis faire des petits plans, des pas en avant. Prenez rendez-vous avec vous-même - et surtout apprenez que vous ne faites pas les choses "pendant un certain temps". Est-ce qu'il vous arrive de vous en débarrasser complètement... non - mais vous apprenez à vous adapter de mieux en mieux. Le type de TDAH socialement adapté l'a mentionné une fois. Et en cours de route, vous apprenez à découvrir vos pièges à temps. En outre, les personnes atteintes de TDAH sont tout simplement des personnes très sociables et très créatives. Et il n'y a rien de mal à cela ;)

  5. Anne-Marie, j'en parlerai en temps voulu sur mon blog, à propos de l'effet du cours. ;-) Il s'agit surtout de planifier et d'organiser, de prendre des notes, de tenir un agenda. Je me dis toujours : "Je sais tout ça, mais je ne peux pas suivre aussi bien". Il s'agit de se stimuler mutuellement à persévérer, afin que cela devienne un automatisme. Je suis également très curieux de savoir si cela va fonctionner.

  6. Le type qui a inventé le TDAH ne l'a pas admis (à droite) avant de mourir ?

    Il ne reste plus qu'à se demander "Qu'est-ce que le NORMAL ?
    Pourquoi vouloir mettre une étiquette sur tout le monde... et les bourrer de médicaments ?

    Est-ce vraiment nécessaire, je me demande ?
    Ne parlez pas à vos gens... Je suis occupé MAINTENANT QUOI ? Toujours occupé par plusieurs choses ... Je n'aime pas non plus les travaux de production stupides et ennuyeux (et pour ne pas continuer à être fou, j'ai trouvé un autre travail maintenant) et alors quoi ? Faut-il remplir quelqu'un de Ritalin et le mettre dans la file...

    Vous pouvez mettre une étiquette sur tout le monde ... et ils ne tiennent plus compte de la diversité des gens ... tout ne doit pas devenir une uniformité grise ... sinon vous n'êtes pas "normal".

    Il se trouve que je m'aime bien.

    1. Salut, Butterfly,

      Que le TDAH existe vraiment ou non, je ne veux pas en parler. J'aime laisser cela aux autres.
      Je ne me sens certainement pas étiqueté, car je n'aime pas non plus les étiquettes qui collent. Et je suis tout à fait d'accord avec vous : la diversité des gens rend le monde tellement plus beau.
      Je ne voulais pas non plus toucher aux médicaments (bien que je prenne de la valériane et d'autres produits du même genre depuis longtemps), mais je ne dois pas seulement m'occuper de moi. Mes enfants ont souffert de mes sautes d'humeur et de mes crises de colère. Le fait que ces médicaments aient une bonne influence sur cela est la raison pour laquelle je les utilise quand même. Je vis dans le chaos dans ma tête et autour de moi depuis plus de 50 ans et parfois j'en suis heureux, d'autres fois cela m'irrite. Mais je suis ce que je suis et la plupart du temps, il en va de même pour moi : il se trouve que je m'aime bien et je veux ajouter : ce n'est pas une excuse, c'est un mode de vie.

  7. J'ai pensé un instant que le blog était sur moi, si reconnaissable.
    J'ai 36 ans et après de nombreuses recherches et tests, j'ai fait ajouter un diagnostic l'année dernière. Quelle arnaque !
    Ont maintenant pris des médicaments, d'abord le méthylphénidate qui n'a pas bien fonctionné, et maintenant la dexamphétamine qui a bien fonctionné
    avoir l'esprit tranquille dans la structure de ma tête à la maison. Charmant.

  8. Une telle histoire de publicité avec beaucoup de reconnaissance et encore une fois, non. Pourquoi cela reste-t-il si difficile.

    On m'a qualifié d'enfant étrange et difficile. On disait que je ressemblais à mon père, que j'étais tout aussi "un", donc ma mère devait être stricte avec moi, sinon rien ne sortait de moi. Je pendais énormément aux jupes de ma mère, il y avait beaucoup de rages et de colères. Une fois à la puberté, cette colère a disparu et (je pense) est rentrée à l'intérieur. Ensuite, ma mère criait souvent que c'était le bazar dans ma chambre et que cela ne marcherait jamais avec moi, donc en effet, j'étais un bazar, mais était-ce de l'adhérence ou juste la puberté ? Silencieux, timide, renfermé, rêveur, je ne me souviens pas vraiment. J'ai grandi dans un petit village frison, où tout le monde se connaissait plus ou moins, alors vous jouiez les uns avec les autres quand vous étiez enfants dans la cour de l'école, j'avais quelques petites amies, toujours les mêmes et je jouais aussi avec les enfants de la rue. J'étais un outsider, mais c'était à cause de mon adhésion ou de mon caractère ou à cause de la situation dans laquelle j'ai grandi, avec deux parents séparés assez prudemment. Pour faire court, une très longue et triste histoire, à la fois la guerre et les traumatismes de leur passé. Ce qui a marqué notre vie de famille. De plus, j'étais enfant unique, je ne pouvais rien partager avec mes frères et sœurs, alors je pensais que tout était comme ça. Rétrospectivement, je pense que c'est peut-être la raison de ces crises de colère ? Quand je suis entré dans la puberté, je me suis plus ou moins destiné, je m'en souviens bien, à arrêter ces rages, parce que j'ai vu l'impact que mon père a eu sur moi et sur ma mère. Mais j'étais très occupé. Parler vite et toujours bouger. Doucement, m'a-t-on souvent dit. Cela m'a beaucoup ennuyé. J'ai essayé aussi, mais c'était très frustrant parce que ça n'a jamais marché, alors je me suis sentie encore plus malheureuse. À l'époque, on jouait toujours dehors dans la rue, et dans la région où j'ai grandi, j'avais tout ce que la nature peut offrir à un être humain. Bois, prairies, landes. J'étais donc souvent dans la nature. Et maintenant, j'ai quelque chose à voir avec la mer, c'est toujours le meilleur endroit pour me détendre. Quelque part dans l'école primaire de troisième année, le professeur a sonné chez ma mère et m'a dit que je devais aller à l'école de la maladresse. Ma mère a pu éviter cela en me demandant de me donner un peu plus d'attention. Je ne sais pas moi-même si j'étais très occupé à l'école primaire. Je savais que je sortais parfois du groupe et qu'il fallait me rappeler à l'ordre. Et parfois, j'ai été renvoyé de la classe. Mais je pourrais par exemple me réjouir de l'heure de lecture. Je lis avec plaisir et aisance à l'école et aussi à la maison ! En repensant à mon enfance, je me souviens surtout des bons moments, des jeux avec mes copines, des promenades dans la nature. Mais aussi que j'ai été intimidé. Je pense que j'ai vécu dans mon propre monde après tout. Mais heureusement, dès le premier cours, j'ai eu une petite amie stable qui vivait à deux rues de là et j'étais toujours là. Donc si j'avais adhéré, je pourrais me débarrasser de mon œuf de cette façon, je pense.
    Des difficultés à terminer quelque chose ? Non, pas vraiment. J'ai eu le hoquet, mais cela s'est toujours fait avec beaucoup d'efforts, mais j'ai réussi à le faire. Je ne me considère pas vraiment comme un sculpteur non plus. Après l'école primaire, je suis allé au Mavo, où j'ai rapidement retrouvé une petite amie stable, avec qui j'étais toujours. Elle vient d'une grande famille indienne, donc toujours quelque chose à faire et à s'amuser. Rétrospectivement, c'était un environnement très "sûr" pour moi. Ensemble, nous sommes allés jusqu'au sommet de Havo. J'ai vécu cela comme un grand plaisir.

    Les légendes de scènes ont toujours quelques longueurs d'avance sur les autres avec leurs pensées. Ma tête est toujours pleine. Je me sens souvent agité et inquiet : je le reconnais à nouveau.
    Parce qu'il y a encore tant de choses intéressantes à faire : oui, avec le recul, je me souviens qu'à l'époque, je ne l'avais pas mentionné ou réalisé en tant que tel, mais j'avais envie d'en dire plus. Après avoir travaillé deux ans dans une banque en tant que secrétaire, je l'avais vue et j'avais postulé pour un emploi dans le monde du théâtre. En tant que secrétaire (j'avais fait mes études après la Havane), mais d'une certaine manière, ça ne collait pas entre moi et ces gens, pourquoi n'ai-je jamais compris correctement, maintenant je pense probablement que j'ai l'air différent à cause de mon adhésion ? Et ils sont tous très égocentriques et aussi émo dans ce monde. Bref, j'ai essayé comme hôtesse de l'air. Parlez de découvertes intéressantes. Très bonne expérience, mais n'a pas très bien supporté le stress des horaires irréguliers. Mais cette aventure avait aussi un goût plus prononcé et s'appliquait comme hôtesse. Envoyé en Grèce et là, j'ai commencé à me sentir chez moi. Ici, ils étaient tous occupés et en mouvement. Du moins, c'est ce qu'il semblait. Bien sûr, vous avez aussi des gens tranquilles ici.

    Difficulté avec les projets à long terme, délais nécessaires, étranger aux responsables politiques, tentative d'éviter les réunions ou, avec une excuse, départ plus tôt. Mais s'il y avait un travail qui me plaisait, je n'avais aucun problème à le faire à la maison jusqu'à tard dans la nuit :
    Je le reconnais dans la mesure où il est applicable. Heureusement, je n'ai jamais eu à éviter de nombreuses réunions ennuyeuses avec des excuses, pour ainsi dire. Cependant, à l'époque néerlandaise, j'avais découvert la vie nocturne et je m'y étais plongé de tout mon cœur. À cause de cela, j'ai eu une période où je me suis souvent déclaré "malade" en travaillant pour moi. Probablement aussi un rattrapage, car dans mon adolescence, je n'avais pas le droit de sortir de la maison de mon père. Oui, jusqu'à 22 heures environ, mais ensuite, ça n'a fait que commencer. Mais si on y adhère, on entend davantage d'histoires d'adolescents qui ont été gardés à la maison et qui plus tard m'ont "rattrapé".
    Concentrer, encadrer et fixer des priorités : dans quelle mesure je peux ou ne peux pas le faire, cela n'a jamais été aussi important à mon avis, ou je l'ai totalement "raté". Et c'est pourquoi cela n'a pas fonctionné pour certains emplois ? Ma mère m'a souvent dit qu'elle essayait de me dire certaines choses importantes, mais elle disait que cela entrait par une oreille et sortait par l'autre. Est-ce rêver, être ailleurs ?

    Mes enfants sont devenus des adolescents et les travailleurs sociaux m'ont surprise en train de leur offrir trop peu de structure, d'incohérence et de limites. J'ai perdu le contrôle de ma famille, de ma vie. Les sautes d'humeur : Oui, c'est reconnaissable.
    J'ai longtemps travaillé dans le monde des voyages, donc je travaille dur, je passe beaucoup d'heures dehors et je m'amuse pour pouvoir y mettre mon grain de sel. Dès le début, j'ai fait la connaissance de mon mari actuel. Ce fut le coup de foudre. Cela a pris des années. Je suppose qu'il m'a aussi donné ce que je cherchais. La chance, la sécurité. Cela m'avait en partie manqué dans ma jeunesse. Avec le recul, je me rends compte que nous avions tous les deux un bagage. L'anxiété d'engagement, l'anxiété de séparation. Quoi qu'il en soit, nous avons fini par avoir une fille quand nous avons été plus âgés. Dans les premières années, cela s'est bien passé. Il avait en fait assumé le rôle de soignant avec le fait que je suis tombée enceinte. Il a fait les courses et a cuisiné. J'ai nettoyé la maison. Je l'ai fait parce que j'avais donné le bon exemple à ma mère. Alors pensez à l'imitateur. Avec un sens des responsabilités envers ma famille et un nouveau rôle de mère et de femme au foyer. Entre-temps, j'avais trouvé un nouveau travail dans le monde de la musique. Un monde s'est littéralement ouvert à moi. Ici, je pouvais vraiment perdre mon œuf, alors j'y suis allé avec plaisir ! Malheureusement, la transition a commencé tôt et avec cela les sautes d'humeur. Je suis devenu de plus en plus déprimé. Ma mère est morte subitement d'une crise cardiaque. Je n'ai même pas encore pu dire au revoir. Mon rocher dans le surf a disparu, puis j'ai découvert que mon père vivait une double vie depuis 40 ans et qu'il avait une petite amie avec un enfant. Faites face à tout cela. J'ai commencé à boire de plus en plus. En fait, j'ai fait ça toute ma vie. Je comprends que l'alcool vous fait vous sentir "mieux", sauf le lendemain. Finalement, j'ai fini par consulter un psychologue. J'ai pensé que je trouverais ce qui ne va pas chez moi. Mais au début, il n'a découvert que des problèmes de mariage. Mon mari a ses problèmes à cause de son passé. Au total, j'ai 10 ans de plus maintenant. J'ai traversé de profondes vallées et j'ai encore beaucoup de sautes d'humeur. Les crises dans ce pays n'aident pas du tout, bien sûr. Et ma fille est en pleine puberté et je remarque que je ne peux pas très bien m'occuper d'elle. C'est aussi parce que le concept de parentalité est différent ici et qu'en outre mon mari a d'autres idées. Nous ne sommes donc souvent pas sur la même longueur d'onde.
    Officiellement, aucun diagnostic n'a encore été établi. Sauf que mon comportement est lié aux problèmes rencontrés pendant mon enfance. Je dors mal depuis des années et je consomme de la drogue depuis des années. J'ai utilisé des antidépresseurs, mais cela n'a pas beaucoup changé.
    Il y a quelques années, j'ai donc reconnu beaucoup de choses pour moi dans l'AdhD, qui demandait de la ritaline ou autre. Mais ils y sont très réticents car cela relève de la loi sur l'opium.
    Entre-temps, j'ai continué à chercher moi-même. Des informations nouvelles ou modifiées sortent chaque année et c'est beaucoup plus facile aujourd'hui sur Internet. Avant l'ère de l'internet, j'ai dévoré beaucoup de livres de psychologie, à la recherche de... J'ai aussi fait faire une recherche sur le cerveau par un neurologue dans un passé lointain. Donc, avec un chapeau comme ça, avec des électrodes sur la tête. Il n'en est pas ressorti plus que je n'étais susceptible de faire des crises d'épilepsie. Ce que je n'ai jamais eu auparavant et j'ai maintenant 56 ans !
    Cet été, j'ai reconnu mon père en plus d'être un adepte de l'Adhd, également très atteint du syndrome de stress post-traumatique (SSPT), car il a été envoyé en Inde. Je pourrais donc être une victime de la deuxième génération. C'est ce que j'ai pensé alors et je n'y ai pas adhéré. De plus, les symptômes du Borderline sont les mêmes que ceux du ptss, ce qui pourrait expliquer pourquoi j'ai reconnu certains symptômes du Borderline et donc dans un premier temps douté de l'adhérence ou du borderline. Je devrais donc faire un examen approfondi de l'adhd. Mais dans ce cas, personne n'a vraiment rien à voir avec l'adhésion et les gens sont juste plus ou moins acceptés tels qu'ils sont. Ils ne cherchent pas d'étiquettes et de thérapies ici, du moins pas sur l'île où je vis. Peut-être à Athènes, alors je devrais commencer à chercher. Le dyslexique est maintenant (h)reconnu. Mais ce type de recherche est coûteux et vous devez tout payer vous-même.

    Je ne ressens pas le diagnostic comme une maladie, mais il y a beaucoup de quartiers : Eh bien, c'est souvent un fardeau pour moi parce que je ne peux pas suivre la vie quotidienne normale. J'ai mon propre "style" et mon époque. Je ne suis absolument pas du matin et je ne me mets en route que tard le soir et la nuit. Un style qui, heureusement, s'accorde bien avec le travail que je fais. Je remarque que je me sens mieux avec les gens qui m'acceptent tel que je suis. Et je trouve souvent cela très ennuyeux avec d'autres types de personnes.
    La structure et la routine me font peur : d'une part, je me rends compte que j'ai besoin d'elles pour fonctionner "normalement". Ma mère était très douée pour cela. Je me rends compte que je dois aussi beaucoup à sa bonne éducation. Mais elle a réalisé qu'il y avait "quelque chose" avec moi et avec mon père, mais qu'est-ce que... malheureusement, elle ne l'a jamais su, mais elle a beaucoup souffert. Mais elle a fait de son mieux pour me donner beaucoup d'attention et une bonne éducation.
    En attendant, ce que je diagnostique principalement en moi, c'est l'insécurité, une confiance en soi si faible, un complexe d'infériorité considérable et la peur de l'échec. Mais cela est-il dû à l'adhésion ou à de mauvaises réactions négatives de l'environnement dues à l'ignorance de mon altérité ou à la transition ?
    Et un mauvais sommeil, en fait, toute ma vie. Quelque chose qui se passe dans la famille, d'ailleurs. Ma tante l'avait et ma grand-mère l'avait. La tante dit que c'est le cas, et essaie de vivre avec comme ça. Elle est très anti-pilule. Bien que parfois, une asperge l'aide à dormir. Elle dit aussi que tout dépend du caractère de quelqu'un et que cela la rend plus ou moins finie pour elle. Elle a des difficultés avec les troubles de la personnalité qu'elle ne veut pas affronter. Ptss avec mon père ? Elle admet qu'ils ont vécu beaucoup de choses en Inde dont nous n'avons pas conscience. Elle a presque 90 ans ! Je ne pense donc pas que vous vouliez un trouble à cet âge. Mais je remarque que tatie travaille très bien avec la structure et la routine. Elle a eu la chance d'épouser un homme très gentil qui faisait surtout ce qu'elle voulait. Ils n'avaient pas d'enfants. Cela aurait pu provoquer plus de troubles dans leur vie structurelle. Je soupçonne honnêtement qu'elle a de l'addiction. Ma mère a toujours dit qu'elle trouvait mon père et ma tante si étranges. Ma grand-mère aussi, mais elle s'entendait bien avec ça, ma grand-mère avait une nature très douce. Entre ma mère et ma tante, il n'y avait pas de bonne connexion.
    Pour l'instant, je suis moi-même médecin, mais je continuerai à faire très attention à mon alimentation. Pas de malbouffe et de produits simples provenant de la terre et de la mer. Ce qui, heureusement, fonctionne encore bien ici. De plus, je peux me remettre énormément et me détendre de la mer. Et en tant que médecin, j'utilise principalement le xanax et le stilnox pour dormir. Et parfois, lorsque je dois travailler (ce que je fais maintenant, en raison des crises financières, comme une performance pour (sur)vivre), donc un facteur de stress supplémentaire, je prends une demi-dose de xanax. Alors je suis juste un peu plus calme. Voici donc mon histoire et je ne suis toujours pas sûr qu'elle soit conforme ou non. Mais il y a beaucoup de reconnaissance. Mon père l'a certainement et je pense que sa mère, ma grand-mère aussi. Et ma tante ajoute probablement. Parce qu'elle est très calme et tranquille. Et récemment, ma nièce, la fille de mon demi-frère, a été officiellement diagnostiquée comme étant douée à tous les niveaux. Ils l'ont fait tester parce qu'elle avait des crises de colère très graves. Quand je l'ai rencontrée pour la première fois, je l'ai vue et j'ai tout de suite compris qu'elle était "différente". J'ai reconnu beaucoup de moi en elle. J'ai averti mon frère et ma belle-sœur de ne pas lui en dire trop de manière négative. Parce que je sais combien cela est dommageable pour votre confiance en vous. Cela m'a aussi donné une raison de chercher à nouveau, car l'adhésion et le don peuvent aussi aller de pair. Et peut-être ne suis-je pas aussi doué pour la musique ? Dans laquelle je me reconnais dans pratiquement tous les symptômes est très sensible. Alors peut-être que ce ne sont que des enfants New Age, n'est-ce pas ? Sous une forme plus réelle, trop de stimuli à traiter et trop de choses à faire dans la société actuelle, dans laquelle on ne peut pas échapper aux règles et aux lois du système parce que sinon on "interfère" et le système ne peut pas produire de bons capitaux ? Combien de personnes n'ont pas reçu de diagnostic d'épuisement professionnel ces dernières années ? Combien de personnes décident de ne pas échanger radicalement leur vie stressante et trépidante contre autre chose, et où doivent-elles le chercher et comment peuvent-elles en (sur)vivre ? Ce sont tous des enfants de la veille du Nouvel An. Sommes-nous juste moins capables de résister à cette vie de consommation et d'avidité qui provoque déjà de toute façon l'effondrement de l'économie ? Peut-être que le système de vie et de travail de ce monde a juste besoin d'être changé et qu'il faut écouter davantage les "brouilleurs" afin de créer un type de société différent dans lequel chacun peut être simplement lui-même. Parce que de plus en plus d'autres espèces s'y ajoutent. Mais c'est peut-être une utopie.

  9. Mon Dieu... ça pourrait être mon histoire ! J'ai presque 50 ans et je sais depuis six mois que j'ai un TDA, les quartiers après mon diagnostic étaient aussi très reconnaissables !

    1. Hihi et aussi mes choses reconnaissables, c'est que ton cul est coincé parce que sinon ;-)
      Fesses pivotantes ;-)
      Merci d'avoir partagé