Voir Auras avec pdd-nos
Histoires de vie | Autisme | HSP haute sensibilité

Jessica à propos de son travail avec le PDD-NOS et la haute sensibilité

Jessica nous a raconté sa vie

Jessica voit Auras et se fait retirer le corps

Cher Jochem,

WVoir Auras avec pdd-nose site est une bonne initiative.

Permettez-moi de me présenter. Je m'appelle Jessica (adoptée= problème d'adhésion= cause des symptômes qui ressemblent beaucoup à ceux de l'autisme pdd nos) Je travaille dans le domaine des soins aux personnes âgées à domicile.

Depuis un mois, la politique a changé car l'équipe est autogérée. Le responsable de la localisation est maintenant un coach et n'est pas autorisé à intervenir... Tous mes collègues ont eu des problèmes avec un client, sauf moi. J'étais déjà en avance sur son humeur car je voyais/sentais que cet homme était en train de s'édifier. Il ne m'a donc presque jamais crié dessus. Expliquer à mes collègues comment je travaille n'a pas été compris. Et certains ne me croyaient pas non plus. J'ai un plan d'amélioration de mon pantalon. Mes collègues veulent donc que je me retire. Cela dure depuis six semaines maintenant.

Dans le passé, je pouvais recevoir des images de mes colocataires, mais maintenant que je suis sous pression, je vois aussi parfois des auras et enfin, quand j'étais assis sur le lit, on avait l'impression de me soulever et de regarder d'en haut une vieille femme indienne aux cheveux gris, qui était plus morte que vivante. (Je ne dormais pas !) Heureusement, cela n'a duré qu'un instant. (ressemblait étrangement à une sortie du corps)

En tant que pdd-nosser, j'essayais de sentir tout le monde sans le savoir pour pouvoir les évaluer correctement et rester à l'abri du vent. Personne ne me voit, personne ne me comprend, personne ne me met plus jamais dehors. J'étais donc inconsciemment un maître dans l'art de ressentir les autres. Mais de nos jours, c'est fait exprès. Voir des auras et sortir de mon corps est très ennuyeux pour moi. Ne pas laisser l'autre personne (le client) entrer émotionnellement est un jeu d'enfant pour moi. De cette façon, je n'ai pas peur et je suis en sécurité pour l'autre personne. Et dans ma profession, on ne croit pas, on ne comprend pas et on se méfie de cela.

L'autre jour, un collègue m'a demandé, mais vous n'êtes pas intimidé quand un client est violent. Je le vois quand ils essaient de me mettre sous la peau. Par exemple (je suis marron...) Quand je prends une douche avec une petite femme, elle dit : "Si j'en vois une noire, je l'assomme" Voyons si elle peut m'attirer hors de ma tente. Cette dame est un peu au bas de l'échelle sociale... une dame simple mais drôle. Ma réaction. Aussitôt, j'ai vu une statue devant moi, cette dame caniche nue, une brosse de douche à la main, au trot allongé, essayant de faire sortir un gros nègre de sa maison ! Alors je tire dans le sourire et je dis... "Alors, ça a l'air féroce..." Allez-vous vraiment faire cela ? (donc...) garçon il... Mais, euh, pas à cause de quoi que ce soit, je ne suis pas vert, je ne suis pas rouge, je ne suis pas bleu... et maintenant, ? Tu vas me faire sortir de la maison maintenant ? Non, j'étais gentil. …. Ce que je veux dire, c'est que je n'ai pas peur parce que je ne vais pas le laisser entrer... ils ne me croient pas et ils vont changer mon attitude de base dans ce plan d'amélioration... (et aussi mon penchant autiste qui ne comprend pas toujours les choses directement etc ) Et après un tel plan d'amélioration qui devrait être terminé.... Aucune chance, mais refuser un plan d'amélioration, c'est la fin de l'histoire.

Je suis donc occupé à postuler pour un emploi, un entretien lundi. Maintenant 3 jours de repos... Mais je dois me calmer... Je promène déjà beaucoup le chien, de préférence lentement et tranquillement... Votre bonne base semble aussi aider. Mais je ne suis pas très bon à cela... J'ai toujours hâte de faire une demande, etc. pour pouvoir sortir de ce bassin de requins... Mais je dois me calmer...

Laissez votre réaction à cette histoire de vie ci-dessous.





Postes similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un commentaire

  1. Chère Jessica,
    Quelle histoire captivante. Je pense que vous valez de l'or. Cela pourrait être dans le cadre d'une consultation, parce que vous voyez les gens tels qu'ils sont et que vous n'avez pas peur d'eux. Je reconnais très bien votre histoire, mais je pense que dans notre société, les étiquettes sont trop vite collées dès que le comportement de quelqu'un de l'extérieur n'est pas ce qui est considéré comme socialement souhaitable. Cela arrive beaucoup plus souvent qu'avant (je suis moi-même né dans les années soixante). S'il est plus que jamais nécessaire d'avoir un œil sur la personne qui se trouve derrière le patient, ce que cette personne vit, ce qu'elle a vécu. Si cela a été trop intense, il est logique qu'il y ait de fortes réactions. Traiter les mêmes patients de manière encore plus violente pour qu'ils gardent leur calme pour la forme uniquement dans leur comportement est un grand risque. C'est comme avec un volcan, s'il n'y a pas de place pour évacuer la vapeur, alors à un certain moment les choses s'effondrent, donc hors de sa peau. Je peux imaginer que des experts de l'expérience comme vous peuvent très bien sentir ce dont a besoin une personne qui a subi les dommages nécessaires dans sa vie. Il est important qu'ensuite, en plus de comprendre cette personne, vous commenciez à orienter son comportement à un certain moment. Parce que la compréhension sans changement de comportement, c'est l'aide du rivage dans le fossé ... surtout les garçons ont des ennuis à cause de cela. Ils ont besoin d'un soutien physique-émotionnel plutôt que verbal. Alors, prenez du bon temps, soyez physiquement occupés et pendant ce genre d'activités, réfléchissez à ce qui se passe en eux, à ce qu'ils rayonnent, à ce qu'ils ressentent à l'intérieur. Dans notre culture très verbale, cela a été relégué au second plan... avec toutes ses conséquences !

    Vous avez tout à fait raison de quitter un lieu de travail où l'on ne vous entend pas. C'est la lutte contre le quai de la bière, et vous n'irez pas plus loin. Je vous souhaite force, succès et bonheur dans la recherche d'un nouveau travail. Continuez à suivre votre propre boussole intérieure et celle qui vous fait du bien ! Tu sais et tu vois beaucoup de choses, ne te laisse pas distraire par les habitudes des autres, tes habitudes sont les tiennes ;-)